mardi 17 avril 2018

ZAD - NDDL - 2018 - Partie 1

ZAD - NDDL  - 2018
Partie 1


Mise à jour: 03/07/2018



Individu agressif face aux gendarmes mobiles sur la ZAD de NDDL  le 09/04/18
Comment comprendre l’opposition violente qui s'est déroulée durant l'évacuation, en avril 2018, d'occupants illégaux sur la zone de Notre Dame des Landes.

On peut constater 2 clivages sociaux : l’un qui s’applique à suivre et à faire appliquer la loi de la République et un autre dans la construction d’un autre monde en s’affranchissant des lois, avec pour réponse une contestation violente et de Révolution permanente.



Manifestation du 1er mai sur Paris le 01/05/2017
Comme vous pouvez le voir sur ce lien ci-dessous, la montée de la violence lors de manifestations ces dernières années montrent que cette volonté d’opposition par des actions dangereuses est créée pour faire hésiter un gouvernement à agir, voire le faire infléchir sur des décisions.




Manifestants devant une barricade dans la nuit du 10 au 11 mai 68 dans une rue de Paris
On peut le voir aussi dans l’histoire du Maintien de l’Ordre en France, les manifestations et actions violentes régissent l’histoire des luttes pour préserver des droits ou être contre des lois ou des projets :

>>> Cliquez ici <<<



Carte présentant le projet de l’aéroport de Notre  Dame des Landes
En ce qui concerne le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes qui datait de 1965 et dont la « ZAD» (Zone d’aménagement Différé) sera créée en 1974, il est relancé en 2000. En 2008, un décret est publié déclarant le nouvel aéroport d’utilité publique. C’est en aout 2009, que des militants contre ce projet s’installe sur la ZAD. Ils s’insurgent contre l’impact environnemental du projet et rebaptisent l’abréviation « ZAD » en "Zone à Défendre".


Gendarmes mobiles face à des manifestants violents lors de l'opération CESAR 
en 2012 à Notre Dame des Landes
En octobre 2012, l’Opération "César" est lancée par le gouvernement de l’époque pour expulser les Zadistes qui se trouvent sur la zone. Mais l’opération s’arrête, car la situation sur la zone est difficile et dangereuse. Une commission du dialogue est mise en place et conclut, en avril 2013, à l’utilité du projet mais recommande une amélioration des mesures de compensation environnementale.


Individus derrière une barricade sur l’Ile Feydeau à Nantes le 22/02/14
Durant une manifestation contre le projet de NDDL, des violences auront lieu dans la ville de Nantes faisant de nombreux dégâts, le 22 Février 2014.


Restitution du rapport des médiateurs au 1er ministre, Edouard PHILIPPE, en décembre 2017
 Des recours administratifs sont faits par les opposants au projet repoussant les travaux continuellement. Jusqu’à ce que 3 médiateurs soient nommés par le nouveau gouvernement en 2017, pour un ultime rapport d’experts. Ceci afin de faire baisser la tension. Deux options seront proposées : Le maintien de la construction du nouvel aéroport à « Notre Dame des Landes » ou réaménager l’aéroport actuel de « Nantes Atlantique ». Le président de la République de l’époque décidera d’abandonner le projet le 17 janvier 2018 et choisira l’option de réaménagement. Est alors proposé aux occupants de la ZAD qui désirent rester de présenter des projets individuels agricoles.


Gendarmes mobiles intervenant dans la nuit du 08 au 09 avril 2018
Le lundi 09 avril 2018 est décidé d’expulser les militants « les plus radicaux ». Ils sont estimés à 200 qui refusent de quitter les lieux. C’est alors que plus de 1.900 gendarmes mobiles (25 EGM) sont arrivés pour commencer l’évacuation.

Vidéo du début de l'intervention de l'évacuation 
de la ZAD de NDDL le 09 avril 2018


Gendarmes mobiles progressant le long d’un chemin où se trouvent plusieurs barricades le 09/04/18
Les gendarmes mobiles ont pris un à un les barrages formés vers les squats, et les inspecter pour voir si il n’y avait pas d’objets incendiaires dedans, comme des bouteilles de gaz ou  des bouteilles remplies d’essence.

Vidéo à mi journée du 09 avril 2018


Evacuation de manifestants sur le toit d’un hangar de la ZAD de NDDL, le 09/04/18
Durant les trois premiers jours, une trentaine de squats sont évacués,


Destruction d’un squat par un bulldozer le 09/04/18
puis détruits.


VBRG proche d’un squat qui vient d’être détruit le 09/04/18
L’opération nécessite des moyens spécifiques pour casser les barricades mises sur les routes proches de la ZAD, à l’aide de VBRG (Véhicule Blindé sur Roues de la Gendarmerie)


Gendarme mobile muni d’un drone sur la ZAD de NDDL en avril 2018
Pour compléter le dispositif, des drones ont été envoyés.


Image d’un drone de la gendarmerie le 09/04/18
Ils ont permis d’analyser la situation autour des gendarmes mobiles.


Image d’un drone de la gendarmerie le 09/04/18
Ainsi qu’autour des bulldozers.


Image d’un drone de la gendarmerie le 11/04/18
Des hélicoptères ont été aussi présents pour analyser la situation avec une vue d'ensemble plus large qu'avec un drone.


Vidéo depuis un hélicoptère de la Gendarmerie le 11/04/18


Image prise d’une vidéo d’un des 2 hélicoptères de la gendarmerie le 10/04/18
dont l’un d’eux essuiera des tirs de fusées anti-grèle.


Vidéo d'un individu tirant sur l'hélicoptère de la gendarmerie 
le 10/04/18



Gendarmes mobiles dont l’un d’entre eux est muni d’une caméra sur la ZAD de NDDL  le 10/04/18
Certains gendarmes mobiles ont filmés les agressions,


Caméra piéton des forces de police
ainsi que 200 caméras piétons accrochés sur les tenues des gendarmes mobiles pour filmer les actions des Zadistes les plus violents,


Manifestants devant un cordon de gendarmes mobiles sur la ZAD de NDDL  le 09/04/18
ainsi que d'opposants pacifiques, se mettant en scène devant l’évacuation réalisée par les gendarmes.


Zadistes et individus masqués reculant face aux gaz lacrymogènes 
lancés par les forces de l’ordre  sur la ZAD de NDDL le 10/04/18
Les gendarmes mobiles ont appliqué la méthode qui régit le maintien de l’ordre français, en tenant à distance les manifestants sans les blesser, grâce à l’utilisation de grenades lacrymogènes.


Vue d’un drone de la gendarmerie sur la ZAD de NDDL le 11/04/18
 Chaque jour, les gendarmes mobiles sont intervenus, faisant face à une opposition et des barrages remis dès leur départ.


Gendarmes mobiles en action sur la ZAD de NDDL le 10/04/18
Pour cela, ils ont appliqué des bonds rapides pour reprendre les squats à expulser.


Individus masqués sur une route de la ZAD de NDDL utilisant une catapulte le 10/04/18
De nombreux blessés parmi les forces de l’ordre ont eu lieu, car les Zadistes et des individus masqués ont défendu certains endroits à l’aide de catapulte.


Individu masqué tenant un cocktail molotov sur la ZAD de NDDL le 11/04/18
De même, le 12 avril 2018, des gendarmes seront surpris alors qu’ils faisaient demi-tour sur une route barricadée par des jets de pierre, des jets d’acide et de cocktails Molotov. 10 d’entre eux seront blessés lors de cette attaque.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire