vendredi 22 septembre 2017

Vers la fusion ou la coordination des unités d’intervention françaises ?



Vous lisez l'article 
le plus récent de GSG9 1/87

Vers la fusion ou la coordination 
des unités d’intervention françaises ?
 
Exercice au Stadium de Toulouse le 14/04/16
Cette question a été abordée par la "Mission d’informations sur les attaques terroristes de 2015". En effet, la France possède 3 entités de forces d’intervention : le RAID géré par la Direction Générale de la Police Nationale (DGPN), la BRI gérée par la Préfecture de Police de Paris, et le GIGN géré par la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale.




 
Entrainement du GIGN FSP
La difficulté de répondre à cette question résulte de l’histoire de chacune de ces entités. En effet, le GIGN est la plus grosse des entités car elle a différentes missions tels que des effectifs « Observation - Recherche », de la protection rapprochée du président de la République, du Chef d’état major des Armées (CEMA) et des ambassades à risques (avec la FSP qui protège l’ambassadeur et l’ambassade d’Irak), en plus de ses missions contre terroriste et d'assistance face à des forcenés retranchés, mais aussi l'expertise, la formation d'autres unités dans le monde, etc
>>> Cliquez ici <<<


Exercice dans la salle de spectacles de Pau le 08/03/2017 
Le RAID a récupéré les antennes métropolitaines du GIPN, qui lui a permis de créer 
dix antennes régionales.


Membres de l'AGIGN de la Réunion durant l'exercice du 23/05/2017
Le GIGN, quant à lui, a développé ses Antennes régionales en récupérant les PI2G:

 
Exercice anti terroriste "Taïpan" - Rennes 23/09/16
Les recrutements sont aussi différents : le RAID et la BRI recrutent dans les BAC (Brigades Anti Criminel), mais le RAID préfère recruter des personnes orientées sur l’intervention alors que la BRI sur des membres forts en filature. Le GIGN recrute parmi la gendarmerie mobile et l’armée. De plus les membres du GIGN sont soit parachutiste, soit plongeur…


Policiers de la BRI devant le Bataclan - 13/11/2015 
Les attentats de 2015 ont montré la nécessité de connaître et de diffuser la bonne information, ainsi que de savoir localiser avec précision les terroristes.


Militaire indien devant le Taj Mahal hôtel lors des attaques de Bombay en novembre 2008
 Si l’on reprend l’exemple des attaques multiples de Bombay, en novembre 2008, où 10 terroristes, armés de fusils automatiques et de grenades, ont tués et blessés nombre de personnes et ce pendant 2 jours, ces difficultés cités ci-dessus ont été flagrantes et ont permis à ces 10 terroristes de semer le chaos dans toute une ville avant d'être neutralisés…


2 équipages en Binome (Motard de la PP de Paris et un membre de la BRI)
 à moto lors de la coupe d'EURO 2016 proche de la Tour Eiffel.
La BRI, dépendant de la Préfecture de Police de Paris a montré sa réactivité d’intervention, utilisant motos ou zodiac, pour se rendre le plus rapidement  dans des quartiers de PARIS intra-muros ou des bâtiments sensibles, tels que l’Assemblée Nationale ou l’Elysée, ainsi que des sites touristiques comme les Champs Elysées ou la Tour EIFFEL. Ces délais d’intervention seraient plus importants pour le GIGN, qui lui est basé à SATORY, en région parisienne.


 
Deux membres du GIGN lors de l'exercice en Gare Montparnasse en avril 2016
Quand aux exercices en commun, ils sont extrêmement rares et sont plus réalisés dans un sens de communication de leur ministre de tutelle, comme lors de l’exercice à la Gare Montparnasse en 2016.

 
>>> Cliquez ici <<<


 
Membre du RAID lors de l'exercice anti terroriste à l'aéroport de Beauvais le 06/12/16 
Cependant dans les simulations terroristes effectuées ces derniers mois, on retrouve quelques exercices en commun réalisés en province.



Centigon Fortress Intervention de l'AGIGN de Reims
N'oublions pas que les équipements sont aussi différents, que ce soit les véhicules ou les armements.



 
Membres du GIGN lors d'un exercice NRCB (Nucléaire Radiologique Chimique et Bactériologique)
Des domaines, comme le nucléaire, sont plus dévoués au GIGN. De plus, la Gendarmerie Nationale possède des unités spéciales pour leur protection : les PSPG



Le Ministre de l'Intérieur Français Gérard COLLOMB devant des membres du RAID en septembre 2017 
Ces quelques points montrent la complexité d’une fusion de ces 3 entités. 
Alors une coordination serait-elle plus souhaitable ? 
Lors de sa rencontre en septembre 2017 avec ces différentes unités, le ministre de l’intérieur français, Gérard COLLOMB s’est dit enclin à cette idée de
 "Commandement des Opérations Spéciales de l’Intérieur".


Le Président de la République Française, E.MACRON, lors d'une visite au Mali 
aux forces militaires Françaises - 19/05/2017
Déjà, le président de la République Française, Emmanuel MACRON a mis en place une " Task Force anti-terroriste " : le CNCT (Centre National Contre Terroriste). Il s'agit d'un état major permanent 7 jours sur 7, d'une cinquantaine de personnes, pour la lutte contre le terrorisme, rattaché directement au chef de l'Etat et en associant les ministères de l'Intérieur, des Transports, de la Défense et de la Santé. Elle permet de donner des recommandations à mettre en place en moins d'une demi-heure pour agir aussitôt face à une menace imminente.


Actuellement, c'est l'UCoFI (Unité de Coordination des Forces d'Intervention), créée en juin 2010, qui gère le "schéma national d'intervention" pour ces unités d'intervention.
>>> Plus d'infos en cliquant ici <<<


Membres du GIGN lors d'une présentation le 21/09/2017 au Ministre de l'intérieur Français
Selon les propos de Gérard COLLOMB, « le GIGN est prêt à coopérer. » 
Vous pouvez voir son intervention dans cette vidéo ci-dessous 
expliquant cette approche. 


Vidéo de la visite du Ministre de l'Intérieur le 21/09/2017
En ligne de vue, les Jeux Olympiques 2024, mais aussi les risques toujours présents d’attentats sur notre territoire :





Exercice du Commando de l'air français CPA 10 lors de l'exercice "Mountain Swat"
avec leur homologue Suisse le 15/05/17
Le principe de "Commandement des Opérations Spéciales" a montré sa grande efficacité comme on a pu le voir dans de nombreuses interventions, 
ainsi qu'avec celles des INVEX du COS:



Affaire à suivre…