lundi 29 avril 2019

Saison 4 - Episode 11 - Pirate - Partie 3




Cette Web série est une fiction.

Toute ressemblance avec des personnes 
ou des situations réelles ou ayant existées 
ne serait que pure coïncidence



Partie 3 : Le piège



Résumé de la partie précédente : Jurgen ADENOER et le général Oscar FINDER du GSG9 sont dans l’endroit le plus sécurisé du BfV (le renseignement intérieur allemand), la salle des serveurs du « DATA Center » du BfV… Ils ont eu une information que ce site allait être attaqué… 

Alors qu’ils inspectent la sécurité du site inviolable, une alarme anti-incendie retentit obligeant les occupant à sortir car l’oxygène va être retiré des pièces les plus sensibles pour éviter tout embrasement… Alors que tout indique qu’il n’y a pas de feu, ils décident de relancer les ordinateurs, mais le système est bloqué…


Jeudi 1er juin, 11h02, BERLIN, 
Siège du BfV, les Renseignements Intérieurs allemands


Au 3ème sous sol de ce bâtiment, dans le DATA Center du BfV

Général Oscar FINDER, directeur du GSG9 : « Qu’est ce qui se passe ? »

Markus FERBANK, responsable du « DATA Center » du BfV : « Nous n’avons plus accès à nos serveurs centraux… Le Service Maintenance qui a installé ces serveurs va arriver !!! »


Markus FERBANK : « AH !!! Les voilà… »


Willie SELLMANN : « Bonjour, je suis Willie SELLMANN, du Service Maintenance « Citizen’s Digital », nous allons regarder ce qui se passe… »


Quelques instants plus tard

Willie SELLMANN : « Lorsque l’alarme incendie est déclenchée, les serveurs s’arrêtent, arrêtant par la même occasion toutes les requêtes d’analyses qui ont été demandées… Nous n’avons détecté aucun virus entrant. C’est un simple blocage système du fait de l’Alarme Incendie pour protéger les données… Le système va redémarrer dans trois heures. Rien de grave… »


Général Oscar FINDER : « Vous pensez que c’est la Secte AKARA qui a tenté de pirater le service suite à nos demandes d’analyses par rapport aux derniers attentats et crimes commis en Allemagne ces dernières semaines ??? »

Jurgen ADENOER : « Difficile à dire... Il fallait savoir que nous avions fait une requête d’analyses sur eux. Cependant, le fait que « JUDAS » nous ait appelés pour nous prévenir sur un risque d’attaque dans ce bâtiment, aujourd’hui à midi, et qu’une alarme incendie se déclenche au même moment, montre qu’AKARA a tenté quelque chose. Mais comme il est difficile de forcer le système, est ce qu’il ne tenterait pas d’envoyer des Hackers parmi ces techniciens extérieurs au service ??? »


Jurgen ADENOER : « Vous êtes garants de ces personnes de «Citizen’s Digital» ? »

Markus FERBANK : « Oui. Ce sont les mêmes agents depuis l’installation de ces serveurs il y a cinq ans. Ils sont habilités « Secret D’Etat » avec accès limité. C’est eux qui équipent également les services de la BUNDESWEHR, l’armée de Terre allemande et de la LUFTWAFFE, l’armée de l’air allemande… Leurs dossiers individuels sont réévalués chaque mois par nos services du BfV… Aucun risque de ce côté là… »


Général Oscar FINDER : « Restons vigilant quand même. Laissez votre unité ici Jurgen le temps de voir ce qui s'est passé ici avec le déclenchement de cette alarme incendie ! »

Jurgen ADENOER : « Bien Général… »


Le lendemain, vendredi 02 juin, 13h39, Direktion 11


Général Oscar FINDER : « Alors ? »

Jurgen ADENOER : « Rien de plus Général sur le « DATA Center » du BfV. Le responsable Markus FERBANK n'a relevé aucune intrusion dans leur système. Les requêtes ont été relancées. Nous aurons les résultats d'analyses que nous avions demandé demain... C’était une fausse alerte de votre informateur « JUDAS » … »


Général Oscar FINDER : « Oui, c’est bien la première fois qu’il se trompe… Mais restons vigilant ! Le fait qu'une alarme incendie se déclenche dans le même temps que l'information de JUDAS ne peut être une coïncidence... Je vous raccompagne… »


Général Oscar FINDER : « Laissez deux équipes du GSG9 BERLIN en stand by, prêtes à intervenir en plus des deux autres qui sont déjà prêtes à partir. »


Général Oscar FINDER : « Je vous tiens au courant si j’ai de nouvelles informations… »

Jurgen ADENOER : « Très bien Général… »


Au même moment, à FRANCFORT, 
Siège de "CITIZEN’S Group"


Helmut HONACKER : « Bonjour Monsieur… J’ai enfin un début de piste sur ceux qui sabotent vos entreprises et qui expliquent beaucoup de problèmes économiques que nous vivons actuellement… »

Maximilien CITIZEN’S : « AH !!! Et de qui s’agit-il ??? »


Helmut HONACKER : « La Secte AKARA et leur gourou, Septimus ATALANTE. Cet individu est le mari de Monika MOBILI, la fille qui a repris les affaires des Entreprises « MOBILI », notre principal concurrent en Allemagne. C’est un de nos employés qui est intervenu hier dans le « DATA Center » du BfV, qui a surpris une conversation entre deux responsables à son sujet dont l'un est le Général FINDER qui gère le GSG9. Pour eux, les attaques terroristes seraient commanditées par eux. J’ai fait de mon côté mon enquête, et il est vrai que nous sommes en concurrence avec les entreprises MOBILI dans de nombreux domaines… »


Helmut HONACKER : « J'ai donc recherché si il n'y aurait pas des relations entre les attentats et les entreprises MOBILI: Peu après l’attaque de notre salle de Traders de la « DEUTSCHE CITIZEN’S BANK », à FRANCFORT, l’organisme bancaire « MOBILI FINANCES » a aussitôt démarché nos clients en leur expliquant que nous serions moins compétitifs le temps de retrouver des traders performants, car plusieurs avaient été abattus durant l’attaque. Nous avons perdu une centaine de clients, dont huit de nos plus gros fonds d’investissements… »


Helmut HONACKER : « L’attaque sur le convoi nucléaire a fait stopper momentanément les déplacements radioactifs sur le territoire allemand, de manière à réorganiser la sécurité de ces convois. Nos actions dans différentes compagnies qui ont une relation avec le transport et l’énergie sont actuellement à la baisse. En effet, nous avons des participations dans la société de logistique SELMER qui transporte les matériaux nucléaires, ainsi que dans les centres allemands de production nucléaire, par le biais de « CITIZEN’S POWER » !!! 
Dans le même temps, « MOBILI ENERGIE » a grimpé avec ses intérêts dans les énergies renouvelables… »


Helmut HONACKER : « Nous avons eu une baisse de fréquentations sur les Autobahns à péage que nous gérons, suite à l’action de ce militaire qui a roulé avec un tank et écrasé de nombreuses voitures sur une des portions d’autoroutes que nous nous occupons… Là encore, l’action d’une de nos entreprises côté en bourse, la « CITIZEN’S TRANSPORT » est à la baisse… »



Maximilien CITIZEN’S : « Et au point de vue de notre image internationale, comment est vu le groupe ? »


Helmut HONACKER : « Là encore, le meurtre de cinq allemands qui étaient dans notre Team de 4X4 « BAXTER & MARTIN » en ARGENTINE a donné une image terrifiante… Nous avons dû arrêter cette équipe, car les pilotes et co-pilotes sont sous le choc, et par conséquent pas d’image de communication internationale lors de cette prochaine compétition pour CITIZEN’S Group et BAXTER & MARTIN qui nous donnait pourtant une grande visibilité au point de vue mondiale…»



Helmut HONACKER : « Enfin à noter, la tentative d’attentat sur un de nos dépôts pétroliers au sud de BERLIN a bien failli nous causer du tort, si la Police et les pompiers n’étaient pas arrivés à temps. L’explosion d’un des camions n’a pas endommagé nos silos… Cependant l’action de « CITIZEN’S CHEMICAL » a baissé du fait de risque d’attaque contre les intérêts sur notre entreprise… Au même moment, la filiale « MOBILI ENERGIE » a grimpé… Comme vous le voyez, à chaque fois que ces attentats ou actes criminels ont lieu, nous avons des participations de notre groupe ainsi qu’une concurrence avec l’entreprise MOBILI…»



Maximilien CITIZEN’S : « Et bien, si ce Septimus ATALANTE veut la Guerre ainsi que sa femme, ils vont l’avoir !!! Vous allez suivre partout discrètement ce Septimus ATALANTE. Je veux savoir où il est et qui il rencontre ! »

Helmut HONACKER : « Très bien Monsieur. J'y vais de ce pas..."




>>> EN CLIQUANT ICI <<<







Saison 4 - Episode 11- Pirate - Partie 2




Cette Web série est une fiction.

Toute ressemblance avec des personnes 
ou des situations réelles ou ayant existées 
ne serait que pure coïncidence



Partie 2 : DATA CENTER

Résumé de la partie précédente : EPSILON, l’homme des basses besognes de Septimus ATALANTE, vient de proposer un piège pour débusquer le traitre au sein de l’organisation AKARA.

Le même jour, Jurgen ADENOER présente l’avancée sur l’enquête de cette secte au Général Oscar FINDER responsable du GSG9.

Subitement l’informateur anonyme, dont le nom de code est « JUDAS », signale qu’une attaque va avoir lieu sur le « DATA Center » du BfV, le service des Renseignements Intérieurs allemands, à BERLIN. 
La suite, c’est maintenant !!!


Jeudi 1er juin, 10h13, BERLIN, BfV, 
Siège du Renseignement intérieur Allemand,


Jurgen ADENOER : « Nous voici arrivés… »


Général Oscar FINDER : « Nous sommes attendus par Markus FERBANK !!! »

Vigile : « Oui, vous pouvez entrer ! »


Jurgen ADENOER : « Un homme nous attend là bas… allons-y ! Helma, tu restes avec une équipe à l’entrée. Le reste avec moi ! »


Général Oscar FINDER : « Général FINDER du GSG9 et mes hommes !!! »

Markus FERBANK : « Bonjour, je suis Markus FERBANK, responsable du Réseau Informatique du BfV… C’est moi que vous avez eu tout à l’heure au téléphone quand vous avez appelé notre siège. »


Markus FERBANK : « Suivez moi ! Je vous emmène dans notre « DATA Center » comme vous me l’avez demandé pour vous montrer notre sécurité… »


Général Oscar FINDER : « Les ordinateurs centraux, serveurs, baies de stockage et équipements réseau du « DATA Center » du BfV  se trouvent tous au même endroit ??? »

Markus FERBANK : « Oui. Mais nous faisons des sauvegardes externes régulièrement sur un autre site. Là où je vous emmène, c’est le centre d’analyses et de recoupement des informations. »


Markus FERBANK : « Nous allons descendre au troisième sous-sol de ce bâtiment où ils se trouvent »


Quelques instants plus tard

Markus FERBANK : « Il n'y a  que dix employés assermentés pour être dans la salle où nous allons… Pour y entrer, il faut avoir un code d’entrée qui change tous les deux jours, ainsi qu’une reconnaissance vocale et palmaire. Il faut également passer devant un garde qui est en permanence devant le sas d'entrée. »


Markus FERBANK : « Le « DATA Center » se trouve derrière cette porte hermétique… C’est le seul accès possible… »


Markus FERBANK : « Nous y voici… »



Markus FERBANK : « Pour protéger au maximum de toute contamination extérieure de virus ou d’attaques extérieures par des hackers (pirates informatiques), nos données informatiques sont cloisonnées par un système intranet. Les connections venant de l’extérieur viennent d’envois de données standards formatées de différents services fédéraux sécurisés, tels que les Douanes, les renseignements du BfV dans d’autres Lands allemands, les retranscriptions d’écoutes de différents services de police ainsi que l’avancée d’enquêtes criminelles, le service de l’immigration, les services sociaux et les services administratifs de chaque Länder, etc, etc. Ces données sont filtrées sur ces trois ordinateurs d’entrées. »



Markus FERBANK : « Chaque jour, c’est pas moins de 500.000 informations qui sont collectées et intégrées. Pour faire une requête, il faut venir ici, sur ces postes indépendants, poser des questions sur ces ordinateurs qui ne peuvent pas interagir avec le système. Ils ne font que recevoir les mots clé des requêtes demandées… Une fois toutes les données traitées, nous envoyons les réponses aux services demandeurs. Par exemple, il y a deux enquêteurs de vos services qui ont fait des requêtes mardi dernier ici. Celles-ci seront envoyées à vos services par un lien sécurisé.»



Markus FERBANK : « Les parois autour de ce « DATA Center » ne sont en contact avec aucun autre souterrain, canalisation ou pièce. »



Général Oscar FINDER : « Nous allons mettre des membres du GSG9 en sécurité avec vos équipes devant l’entrée ! »

Markus FERBANK : « Entrons dans la salle des serveurs ! »



Markus FERBANK : « Vraiment, je ne sais pas comment ils veulent s’y prendre pour s’attaquer à ce centre, mais cet endroit est l’un des plus sécurisés d’Allemagne… Il faudrait être fou pour s’y attaquer et….. »







Général Oscar FINDER : « Qu’est ce que c’est ? »

Markus FERBANK : « Une alarme d’évacuation… Il faut quitter cette pièce rapidement. »


Markus FERBANK : « Pourquoi y’a-t-il une alarme d’évacuation Peter ??? »  

Peter, l’opérateur : « C’est une alarme incendie qui vient de se déclencher au 2ème sous-sol. L’oxygène de ces deux pièces va être expulsé pour éviter tout incendie… Nous avons 30 secondes pour évacuer… »


Markus FERBANK : «  Tout le monde dehors ! »   


Markus FERBANK : « Appelez le PC Sécurité ! Faites une analyse incendie immédiatement ! »


Opérateur : « Je viens d’avoir le PC Sécurité, et il n’y a pas d’incendie, ni de fumée dans tout le bâtiment… C’est une fausse alerte… »

Markus FERBANK : « Mais cette alarme ne peut pas se déclencher comme ça… Remettez de l'oxygène dans la salle des serveurs puis nous rentrerons aussitôt dans la salle de contrôle du « DATA Center »…


Markus FERBANK : « Peter, interrogez le serveur d’analyses pour voir si il s’est passé quelque chose durant ce court instant ! »


Peter, l’opérateur : « Je n’arrive pas à faire repartir le système… Il est bloqué !!! »

Markus FERBANK : « Comment ça bloqué ??? Appelez le service maintenance immédiatement ! »


>>> EN CLIQUANT ICI <<<