mardi 17 avril 2018

ZAD - NDDL - 2018 - Partie 2

ZAD - NDDL  - 2018
Partie 2

Mise à jour: 18/05/2018





Individus lançant des projectiles sur des gendarmes mobiles sur la ZAD de NDDL, le 09/04/18
Cette débauche de moyens pour expulser des Zadistes s’explique 
pour plusieurs raisons :



Carte du 10/04/18 montrant les squats détruits en rouge
La première étant la taille de la zone: il y a 1.600 hectares à couvrir,   soit plus de 24 km2, près du quart de la superficie de Paris, ainsi que des routes à tenir, dont la principale qui est la Route Départementale 281.


Personnes prenant des photos des forces de l’ordre le 09/04/18
Mais surtout par la préparation des Zadistes à se défendre. En effet, grâce aux réseaux sociaux, ils peuvent mobiliser et publier rapidement des photos et commentaires pour demander de l’aide ou s’organiser sur le terrain.


VBRG devant un barrage sur la ZAD de NDDL le 10/04/18
Cette organisation est réfléchie depuis longtemps. En 2016, une carte réactualisée et détaillée avait été créée et distribuée. Des conseils avaient été donnés aux individus qui venaient défendre la zone, indiquant par exemple, les points stratégiques où passent les véhicules pour surveiller et ralentir les forces de l’ordre.


Caravanes incendiés par des individus masqués sur la ZAD de NDDL le 11/04/18
Tous les lieux habités sont également repérés, servant de bases logistiques, que ce soit des fermes, des maisons, des hangars ou des cabanes. : De plus des zones non expulsables permettent des lieux d’accueil et de repli et ainsi créer des infirmeries ou des cantines…


Individus évacués d’un toit d’un hangar par des gendarmes sur la ZAD de NDDL le 09/04/18
Dans l’un de leurs guides, des conseils sont donnés en cas d’interpellation, sur la vérification de l’identité : « tu as le droit, et il est préférable de ne rien déclarer ». Des noms d’avocats sont mentionnés pour les accompagner.


Individus masqués et pour certains équipés face au gaz lacrymogène sur la ZAD de NDDL le 09/04/18
Ils sont aussi équipés pour faire face aux gaz lacrymogènes ou au gaz au poivre en ayant des masques et des liquides pour nettoyer leurs yeux.


Des manifestants devants des forces de l’ordre sur la ZAD de NDDL le 09/04/18
Des conseils leur sont donnés lors des interventions de la police : « Essaie de toujours former un binôme de confiance. Garde un œil sur les autres autour de toi. Ne laisse personne isolé face aux « flics ». En cas de charge des « flics » et/ou utilisation de lacrymos, essaie de rester serein. »


Individus masqués devant un VBRG sur la ZAD de NDDL le 10/04/18
De même certains ont faits des entrainements d’auto défense de la ZAD en septembre et octobre 2016. Ils ont reconnu les points à défendre ainsi que des gestes à faire, ou à éviter face aux forces de l’ordre.



Catapulte pour envoyer des projectiles sur les forces de police sur la ZAD de NDDL le 10/04/18
Lors d’interview par les médias, le pseudo des Zadistes est « CAMILLE ». Dans un article de Presse Océan du 17/04/18, il était expliqué que des renforts sont arrivés lundi venant même de l’étranger. L’une des Zadiste expliquait « il y a des anglais, des italiens, des irlandais, des espagnols »

Ce type de regroupements  avec des étrangers contre des projets ou pour soutenir des actions révolutionnaires n'est pas sans rappeler d'autres mouvements comme lors du G20 à Hambourg en juillet 2017:


>>> Cliquez ici <<<



Individus se protégeant des gaz lacrymogènes sur la ZAD de NDDL le 10/04/18
C’est pour cela que sont utilisés divers moyens pour éviter le contact : la Lacrymogène classique est la plus utilisée. La grenade « GLI F4 » appelé aussi grenade assourdissante est aussi utilisée, surtout quand les forces de l’ordre veulent se désengager en reculant, ou embarquer dans des véhicules. Elle est en cours de remplacement par la GM2L. Celle-ci ne possède plus d'explosif mais un dispositif pyrotechnique sans explosif brisant et qui permet le déclenchement de la munition.


Des sommations sont faites peu avant, indiquant l’emploi de la force, comme on peut le voir sur ce graphique montrant les niveaux d'emploi de la force et des armes  non létales pour repousser des manifestants en fonction de la violence rencontrée.


Gendarmes mobiles se protégeant d’une pierre sur la ZAD de NDDL le 11/04/18
L’attitude des forces de l’ordre à repousser sans cesse pour tenir à distance les Zadistes et individus violents s‘expliquent car ces personnes n’ont aucune limite dans leurs gestes, cherchant à blesser par le jet de pierre, de cocktail Molotov ou d’acide.





Pour exemple, voici une chaussure d'un gendarme mobile touché par un de ces jets de projectile rempli d'acide en avril 2018




ou ici, l'un de ces objets chimiques trouvé sur NDDL en avril 2018.

Jets de projectiles et de cocktails Molotov sur un VBRG sur la ZAD de NDDL le 11/04/18
Ou comme ici sur un des VBRG lors de sa progression.


Tracteurs évacuant les débris de squats de la ZAD de NDDL le 12/04/18
Le 12 et le 13 avril, la mission de déblayage des squats détruits a continué sous protection des gendarmes mobiles.


Manifestants masqués lors d’une manifestation à Nantes contre les expulsions 
sur la ZAD de NDDL le 14/04/18
Le Samedi 14 avril 2018, une manifestation a lieu dans les rues de Nantes contre ces expulsions.


Camions anti-émeute et fourgons de CRS empêchant des manifestants violents d’avancer 
sur Nantes le 14/04/18
Les forces de police ayant anticipés des actions violentes ont mobilisés de nombreuses forces. 400 CRS étaient présents depuis le début de la semaine à Nantes, ainsi que 400 autres CRS sur Rennes.


Utilisation de camion anti-émeute pour tenir éloigner des manifestants violents à Nantes le 14/04/18
L’utilisation des camions anti-émeute a permis de tenir à distance 
les manifestants les plus violents.


Utilisation de camion anti-émeute pour tenir éloigner des manifestants violents à Nantes le 14/04/18
La multiplication de ces camions permet d’éviter au maximum le contact avec les manifestants.

Intervention des gendarmes mobiles pour empêcher la reconstruction d’un bâtiment sur la ZAD de NDDL le 15/04/18
Le lendemain, dimanche 15 avril 2018, des actions encore violentes ont eu lieu. Les gendarmes mobiles tenant toujours le terrain et empêchant toute reconstruction de nouveaux squats.


Tirs de gaz lacrymogènes pour tenir à distance des Zadistes et individus masqués
 sur la ZAD de NDDL le 16/04/18
Les jours suivants, des individus et Zadistes violents ont continué le harcèlement sur le terrain de Notre Dame des Landes.  Au 19 avril 2018, soit après onze jours d'intervention, plus de 11.000 grenades ont été utilisés, dont 1.000 lacrymogènes ont été tirées ou lancées par les gendarmes pour éviter "tout contact direct" avec les manifestants et les tenir à distance.



Deux gendarmes mobiles pris en charge par des pompiers sur la ZAD de NDDL le 15 avril 2018
Au 17 mars 2018, 75 gendarmes ont été blessés, avec différents projectiles: des fusées de détresse tirées en tir tendu, des cocktails Molotov, des bombes agricoles, des billes d'acier, des jets d'acide dans des bouteilles, des pavés projetés par des catapultes...

Vidéos sur NDDL du 16/04/2018 






Manifestants devant des gendarmes mobiles le 16/04/2018
Pour ralentir les forces de l'ordre dans la ZAD, des personnes freinent la progression en se mettant devant eux,


Barrage reconstruit le 12/04/18 sur la ZAD de NDDL
et reconstruisent des barrages après le passage des gendarmes mobiles,




Gendarmes déblayant un barrage en avril 2018 sur NDDL
qui à nouveau les déblaient.




Personnel remblayant un chemin dans la ZAD de NDDL en avril 2018
Certains chemins sont creusés,



Bulldozer remblayant un chemin dans la ZAD de NDDL en avril 2018
qu'il faut reconstruire rapidement pour progresser.



Vidéo du 17 mai 2018


Bonbonnes de gaz suspendues sur l'un des passages de la ZAD de NDDL en avril 2018
On a pu découvrir, lors des progressions des gendarmes mobiles, des installations de bonbonnes de gaz suspendues ou dans les barrages réalisés par les Zadistes, pour ralentir les forces de gendarmerie au cas où ces installations seraient piégées...



Gendarmes mobiles en position d'attente en avril 2018 à NDDL
Une position défensive de part et d'autre s'était installée… 
 Le gouvernement avait proposé, avant les premières expulsions de déposer des dossiers nominatifs des Zadistes qui avaient un projet agricole.
La plupart voulait un seul projet collectif.




Formulaire simplifié de demande de projet agricole à NDDL du 12/04/18
Cependant, le vendredi 20 avril 2018, lors d'une rencontre de la dernière chance, qui a été organisé à la Préfecture de Loire Atlantique, certains Zadistes ont accepté de déposer des dossiers individuels.


Vidéo de la rencontre du 20 avril 2018

Voici des explications sur la volonté gouvernementale  "à déposer des dossiers individuels pour exploiter sur la ZAD":
- pour avoir un bail nominatif pour exploiter une zone,
- pour avoir une autorisation administrative d'exploitation
- pour avoir le responsables des animaux élevés lors des contrôles vétérinaires pour éviter les maladies et les contaminations,
- pour être affilié comme tout agriculteur à la Mutualité Sociale Agricole.



Le premier ministre E. PHILIPPE et le ministre de l'Intérieur G. COLLOMB le 13/04/18 
lors d'une visite du QG de la Gendarmerie proche de NDDL
Pour calmer les esprits et faire comprendre aux plus récalcitrants de présenter un dossier, une trêve a été réalisée jusqu'au 14 mai 2018,  pour clore les dossiers déposés. Pour ceux qui auront choisi de ne pas s'y insérer, ils ont été évacués.



Vidéo du 17/05/2018 sur la deuxième phase d'évacuation de NDDL
Le 17 mai 2018, la seconde phase d'évacuation et de destruction de squats a eu lieu. Etaient présents 19 Escadrons de gendarmerie mobile, 
soit un peu plus de 1.800 gendarmes. 



Gendarmes mobiles sur la Zone de NDDL, le 17/05/18 au levée du jour
L'objectif de cette seconde opération a visé les occupants illégaux qui ont refusé de régulariser leur situation en déposant leurs dossier à la Préfecture. 


Vidéo de la Gendarmerie Nationale le 17/05/18 avec des unités de sécurisation de sites
 Les affrontements furent moins nombreux. Les opérations de déblaiement ont été faites avec précaution toujours à la recherche de bonbonnes de gaz 
ou de dispositif dangereux.



Vidéo du 18/05/2018 sur NDDL
Cependant les unités de gendarmes mobiles ont continué à tenir éloigner les plus récalcitrants.


Manifestation pacifique contre l’agrandissement d’un camp militaire sur le Larzac en 1974
Si l’on compare avec la lutte dans le Larzac, en France, contre l’agrandissement d'un camp militaire, entre 1971 et 1981, celle-ci a été non violente et pacifique. 


Zadistes de Notre Dame des Landes lors de l'opération "CESAR" en novembre 2012
Alors qu’avec les ZAD françaises, cela est totalement diffèrent : Le niveau de violence que l’on a constaté à Notre Dame des Landes près de Nantes, lors des opérations d’évacuation de l’opération "César" en 2012 et 2018, était défensive. 



Vidéo du 19 mai 2017 suite à la délibération du conseil municipale de Mandres en Barrois en France
sur la cession du Bois LEJUC à l’ANDRA, là où se trouvait le camp des Zadistes démantelé le 22/02/2018
A Bure, c’est une violence offensive beaucoup plus violente : avec des attaques des Biens de l’ANDRA (l’Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) , de l’hôtel qui accueille les visiteurs avec un départ de feu, des menaces contre le personnel…



Manifestation du 18 février 2017 d'une attaque de l'enceinte de l'ANDRA à Bure, en France
On peut voir là aussi, sur cette vidéo, la technique d'attaque offensive de manifestants masqués, gantés et armés pour certains de pierres et de gourdins.


Manifestants prêts à en découdre avec les Forces de Police
Pour les membres de l'Ultragauche, ainsi que de Zadistes français, c’est l’occupation sans droit, ni titre de territoire, avec l’installation d’un rapport de force avec le politique, et ce souvent devant les caméras de télévision pour prendre l’opinion à témoin. Ce système est dangereux car il est basé sur l’insoumission, l’insubordination violente, tout cela basé sur le rapport de force et de la violence. 
Ces valeurs n'étant pas conciliables avec une démocratie et un Etat de droit.


Cette page sera réactualisée 
en fonction des évènements

Dernière mise à jour le 18/05/2018












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire