lundi 22 mai 2017

Le maintien de l’ordre de la ville de Montréal

Le maintien de l’ordre de la ville de Montréal

Mise à jour: 22/05/2017



Le Service de Police de la Ville de Montréal  (SPVM) mobilise parmi ses forces de police des unités formées dans la gestion du maintien 
et du rétablissement de l’ordre.


Elles interviennent en fonction de l’actualité et de manifestations jugées à risques, comme la marche des travailleurs du 1er mai, ou marche contre la guerre.


 la manifestation annuelle contre les brutalités policières (COBP),


et les marches de revendications d’étudiants, et autres manifestations imprévisibles dans leur déroulement.


En fonction des mesures d’urgence et de risques de guérillas urbaines, elle élabore des stratégies et méthodes pour pouvoir éviter ce type de débordements.



Les forces de l’ordre canadiennes s’inscrivent dans le principe de désescalade 
par le biais de policier médiateurs.


Ils sont proches des manifestants et les écoutent pour que tout se passe bien. 
Vous pouvez retrouver ci-dessus l’explication de ce principe :



Elle applique aussi un encadrement des manifestants.


Dans l’ensemble, les manifestations au Québec se déroulent bien.


Cependant elle mobilise des Groupes d’Intervention (GI). Ce sont des policiers classiques qui sont rappelés pour ce type de manifestations.


Ils sont formés au maintien et au rétablissement de l’ordre.


Les canadiens ont réalisé un travail d’investigation lors du Sommet des Amériques en 2001 sur les catégories de manifestants : Quel que soit le pays, les manifestants ne sont pas homogènes. Ils se divisent en plusieurs catégories :


- Le manifestant qui demande l’autorisation de défiler et ne casse rien. 


- Le pacifiste moins commode, 


- L’adepte de la désobéissance civile et du sitting entravant délibérément 
les cérémonies officielles. 


Mais c’est en marge de ces groupes majoritaires que sévissent 
les «catégories dangereuses»: 
- Les casseurs d’abord, pour lesquels la manifestation sert d’alibi; 


- Les «black blocs» ensuite, groupes constitués d’autonomistes et d’anarchistes, de mieux en mieux équipés.


Cependant on peut constater la montée de violence de ces groupuscules recherchant 
le contact avec les forces de l’ordre et une adaptation de celles-ci:

>>> Cliquez ici <<< 


La difficulté étant de ne pas se faire déborder.


L’usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants violents 
fait partie des solutions,


ainsi que des arrestations préventives.


Par la suite, des arrestations durant la manifestation sont aussi possibles en fonction de la gravité des faits commis par des personnes dangereuses.


Les groupes d’intervention peuvent être aidées par les unité de « Sureté du Québec » pour avoir un maximum de membres et éviter tout débordement…

>>> Cliquez ici <<< 

Le SPVM peut être aussi assister d’unités de cavaliers,


ainsi que d’unités cyclistes pour encadrer les manifestations.



Voici en vidéos les moyens mis en place 
pour encadrer une manifestation sur Montréal.







Vidéos de manifestations à Montréal






Découvrez sur ce blog:

>>> Cliquez ici  <<<




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire