dimanche 21 mai 2017

Escadrons de Gendarmerie Mobile

Les Escadrons de Gendarmerie Mobile françaises 

Mise à jour: 04/06/2021



Photo d'une promotion de la GRM dans les années 20
Après le conflit de la grande guerre de 1914-1918 et face à de nombreuses tensions dans le pays, les pouvoirs publics mettent à l’ordre du jour, la création d’une force militaire spéciale du Maintien de l’ordre. Sont alors créés en 1921, des "Pelotons Mobiles de la Gendarmerie" qui encadreront les brigades de gendarmerie départementale. 

Photo d'un peloton à cheval de la GRM dans les années 20
Elles seront constituées de 87 pelotons de province dont 52 sont à cheval et 35 à pied. Chaque peloton comptant 40 hommes en province.  
Pour PARIS, 24 pelotons seront présents: 16 à cheval et 8 à pied. L'effectif d'un peloton à Paris est de 60 hommes.


GRM dans une rue de Paris dans les années 30
C’est en 1926 que véritablement sont constituées les "GRM" (Gardes Républicaines Mobiles). La doctrine d’alors est de "maintenir les manifestants à distance,  éviter de blesser ou de tuer le plus possible."

Le 11 mai 2021, le centenaire de cette institution a été fêté au Centre National d'Entrainement des Forces de Gendarmerie (CNEFG) à St Astier en Dordogne.
 
A cette occasion, ont été inaugurés un monument national aux morts de la Gendarmerie Mobile et une salle du Souvenir de la Gendarmerie Mobile.  
 

Voici une vidéo de la Gendarmerie Nationale
pour célébrer ce centenaire
 
Retrouvez l'histoire 
du Maintien de l'ordre en France:
>>> Cliquez ici <<<
 

La Gendarmerie Nationale, par le biais de ses EGM, a acquis des connaissances et des techniques dans le maintien et le rétablissement de l'ordre. Avec ses 13.500 hommes et femmes, elle représente la deuxième composante la plus importante de la Gendarmerie Nationale avec 13% de l'effectif total. (chiffre 2021)

Gendarmes mobiles à Bordeaux face à des personnes violentes le 08/12/18
Leurs missions sont :
- Sécuriser des sites ou lieux lors de manifestations, tribunaux ou centre pénitencier
- Rétablir l'ordre lors d'émeutes
- Escorter des fourgons de la Banque de France ou de matières sensibles
- Maintenir une présence lors d'évènements sensibles
- Renforcer et épauler des brigades départementales de manière temporaire lors de patrouilles
- Agir au sein d'un Peloton d'Intervention (PI) pour neutraliser un individu ou un groupe dangereux
- Renforcer rapidement des dispositifs de recherche de forcené armé (DIAG)

Gendarmes Mobiles en mai 68
Les manifestations violentes de Mai 1968 ont apporté des changements dans leurs méthodes d'intervention.

En effet, les escadrons de gendarmerie, depuis la création en 1969 du CNEFG à St Astier en Dordogne suite à ces réflexions, s'entrainent régulièrement pour rester à niveau et améliorer leurs interventions. Sa devise: "Pour que Force reste à la loi." :

>>> Cliquez ici <<<
 
Tous les trois ans, les EGM passent dans ce centre pour des formations et recyglages.
 

Ceci leur permet d'améliorer leurs progressions et nouvelles techniques de secours et de combat.
 

Voici quelques vidéos d’exercices effectués 
dans le CNEFG de St ASTIER:








En mai 2021,  il existe 109 Escadrons de gendarmerie Mobile comportant chacun 4 pelotons... (dont 10 escadrons spécialement dédiés au milieu montagneux). Ils sont regroupés dans 18 groupements d'escadrons (dont le Groupement Blindé de la Gendarmerie Mobile (GBGM), basé à Satory) et sont répartis sur l‘ensemble du territoire français, totalisant plus de 13.500 gendarmes mobiles (chiffres 2021). 


L’effectif en activité est réparti comme suit : 
Région Parisienne : 9 escadrons minimum, Province : 6 escadrons minimum, Etranger: 3 escadrons, Outre-Mer : 19 escadrons minimum. (En 2017, 21 escadrons furent affectés en outre Mer dont 7 en Guyane, et 6 en Nouvelle Calédonie dont 2 escadrons supplémentaires furent ajoutés lors du référendum d'autodétermination en 2018.)

>>> Cliquez ICI <<<

 
Gendarmes mobiles lors de l'Exercice dans le stade de Lyon le 09/10/2018
En 2016, dans le cadre anti-terroriste, 22 escadrons ont été dotés d'un peloton de marche d'environ 22 gendarmes pour l'intervention spécialisée et armée face au risque terroriste, comme les CRS avec les "SPI4G - CRS".

SPI4G - CRS
Section de Protection et d'intervention de 4ème Génération
>>> Cliquez ici <<<


Gendarmes Mobiles et membres de la BRI en progression lors de l’exercice du 09/10/2018 à LYON
Un de ces pelotons est intervenu durant un exercice qui s'est déroulé dans le stade de LYON, le 09 octobre 2018, devant une soixantaine de délégations présentant de nombreuses unités d'intervention suite aux retours d'expériences des attentats de 2015 en FRANCE:

>>> Cliquez ici <<<

Ceci s'inscrivant dans une montée en puissance des unités d'intervention:
 
>>> Cliquez ici <<<

Gendarme mobile lors d'un contrôle sur une plage de Mayotte
On peut constater le nombre important d'escadrons envoyés en Outre Mer. La raison est que dans de nombreuses zones TOM (Territoires d'Outre Mer) et DOM (Départements d'Outre Mer), les Gendarmes Mobiles aident les unités locales dans leur travail de tous les jours face à une délinquance plus importante qu'en Métropole. L'Outre-Mer représente 5% de la population française mais enregistre proportionnellement cinq fois plus d'homicides que la métropole, deux fois plus de viols et trois fois plus de violences crapuleuses.
  
Manifestation en Guadeloupe en 2009
De même, la violence à l'encontre des gendarmes ultramarins est très importante: Ils sont trois fois plus exposés aux agressions physiques qu'en métropole, qui elles, ont augmenté de 64% depuis 2011. En 2016, 288 gendarmes ont été blessés à la suite d'une agression physique, dont 110 avec arme: 25 par arme à feu, 26 avec arme blanche et 59 avec un véhicule.
(Sources: Gend'Info de mai 2017)

Déploiement de gendarmes mobiles sur l'Ile de Mayotte
Il faut aussi constater que les manifestations et situations tendues sont aussi importantes et nécessitent un nombre conséquent de forces en présence. Celles-ci mettraient trop de temps à venir par avion de métropole en renforts des unités locales, face à des débordements physiques et matériels.

>>> Cliquez ici <<<



Gendarmes mobiles lors d'un entrainement à St Astier
Depuis 2015, les femmes sont maintenant présentes parmi les EGM. Pour une bonne installation, elles sont intégrées par groupe d'une dizaine par escadron.


Face à face lors d'une manifestation à Paris, le 15/12/18
En mai 2021, elles sont 638 femmes. Sur ce chiffre, 57% sont sous-officiers, 32% au CSTAGN, 8% Gendarmes Adjoints Volontaires et 3% sont officiers.
(Source: Gendarmerie Nationale de Mai 2021)


On reconnaît les  gendarmes mobiles dans les manifestations grâce à leur casque bleu marine et à l'écusson en forme de "Grenade jaune" sur le devant du casque, qui représente la Gendarmerie mobile.
 
Lorsqu'il ne porte pas son casque, le gendarme mobile porte un calot. Pour faire la différence avec d'autres corps de gendarmerie, il y a un liseret jaune avec une Grenade jaune côté gauche du calot.
Les liserets sont blancs pour la Gendarmerie Départementale et rouge pour les gendarmes de la Garde Républicaine qui porte plutôt un képi.

Au minimum, 37 escadrons sont engagés en permanence sur un total de 109 escadrons. Les autres étant à l’instruction, en permission ou dans des missions spécifiques de renforts en fonction de l’actualité.
 
Le taux d'emploi de la Gendarmerie Mobile a augmenté ces dernières années: 
en 2018, 65 EGM par jour soit 60% de l'effectif, 
en 2019, 69 EGM par jour soit 63% de l'effectif,
en 2020, 75 EGM par jour soit 68% de l'effectif.

Un escadron se déplace en moyenne plus de 200 jours par an pour 223 jours d'emploi, avec un déplacement en Outre mer tous les 12 à 15 mois pour des durées allant jusqu'à trois mois ou en OPEX (opérations extérieures).

Parmi les forces de gendarmerie mobile existe le Groupement Blindé de Gendarmerie Mobile (GBGM) qui est implanté à Satory, en région parisienne.

Il présente une réserve pour le gouvernement avec ses blindés (des VBRG, Véhicule Blindé à Roues de la Gendarmerie) quand une situation de crise où l'utilisation des forces de maintien de l'ordre n'est plus suffisante, mais où il n'est pas nécessaire de faire appel à l'armée.


Le VBRG de la Gendarmerie Nationale
>>> Cliquez ici <<<


Vidéo de 2 VBRG


On peut aussi retrouver des VBRG en outre mer, 
comme ici en Guadeloupe, en 2009. Cependant, face à l'âge de ces véhicules, une réflexion a lieu sur leur remplacement:



Le remplacement des VBRG
>>> Cliquez ici <<<


En dehors de ces cas extrêmes, les 7 escadrons du GBGM dont ils dépendent, interviennent sur des missions classiques de maintien de l'ordre.


Drone de la gendarmerie Mobile française
Les gendarmes mobiles utilisent  des drones et des hélicoptère pour voir le déplacement de foules, coordonner les actions et filmer des agressions ou des casseurs.


Les hélicoptères peuvent rester en vol stationnaire et ainsi,
avoir une vue dégagée sur la manifestation. Ils ont été intégrés dans ce dispositif à partir des émeutes de 2005.

De même, des unités à pied filment de plus en plus les manifestants, et les actions qu'ils mènent. Ces films servent comme preuve lors d'actions judiciaires.
 
Il est également utilisé des armes non létales autres que le LBD 40 que la Gendarmerie Mobile peut utiliser pour cibler ou repousser des assaillants lors de manifestations qui dégénèrent avec des manifestants violents, comme ici avec ce lanceur paintball qui peut marquer une cible à arrêter...
 

Gendarmes mobiles lors de la traque d'un fugitif  dans les Cévennes en mai 2021

Les gendarmes mobiles peuvent aussi intégrer un dispositif lancé en 2021 sur la traque de forcené armé.

>>> Cliquez ici <<<


>>> en cliquant ici <<<


Les canadiens ont réalisé un travail d’investigation lors du Sommet des Amériques en 2001 sur les catégories de manifestants : Quel que soit le pays, les manifestants ne sont pas homogènes. Ils se divisent en plusieurs catégories :


- Le manifestant qui demande l’autorisation de défiler et ne casse rien. 


- Le pacifiste moins commode, 


- L’adepte de la désobéissance civile et du sitting entravant délibérément les cérémonies officielles. 


Mais c’est en marge de ces groupes majoritaires que sévissent 
les «catégories dangereuses»: 
- Les casseurs d’abord, pour lesquels la manifestation sert d’alibi; 

- et enfin les groupes constitués d’autonomistes et d’anarchistes, de mieux en mieux équipés et utilisant la méthode dite "Black Blocs", c'est à dire des individus dissimulés derrière des masques noires, gants noirs et tenues noires et opérant en groupe pour ne pas être repéré lors d'actions violentes ou de dégradations.


L'évolution de la violence de plus en plus dangereuse lors des manifestations et la recherche du contact face à des forces de l'ordre, posent une réelle réflexion 
sur les mesures à prendre:

>>> Cliquez ici <<< 

>>> Cliquez ici <<<


Droits et devoirs 
lors de manifestations en France
>>> Cliquez ici <<<


Des techniques existent dans les autres pays occidentaux, 
dans l'encadrement de manifestations:




Cependant, ces techniques ont leurs limites face à des personnes déterminées et violentes, comme on a pu le voir lors de manifestations ces dernières années et autres mouvements, où se glissent des groupuscules violents voulant
en découdre avec les forces de l'ordre.

Opération CESAR - Notre Dame des Landes - 2012
Ils interviennent aussi dans le milieu rural en fonction de l'actualité,

Opposants au Barrage de SIVENS - 2014
ou d'opposition à des projets de construction.

Opération CESAR - Notre Dame des Landes - 2012
En effet, les Gendarmes Mobiles sont intervenus pendant plusieurs semaines fin 2012, pour évacuer des opposants à un aéroport qui devaient se construire près de Nantes.

Opération CESAR - Notre Dame des Landes - 2012
Dans un milieu forestier, les techniques du maintien de l’ordre ou pour déloger des personnes sont très compliquées, du fait de manque d’infrastructures...

Opération CESAR - Notre Dame des Landes - 2012 
Pas de route pour emmener des personnes interpellées, mais aussi l'impossibilité de l’utilisation de lanceurs de grenades lacrymogènes du fait des arbres et des branches, empêchant un tir précis.

Gendarmes sur le site de Bure dans les Vosges
Il est à noter la décision prise par le gouvernement, en juillet 2017, de renforcer le dispositif de maintien de l'ordre autour du site d'enfouissement expérimental de déchets radioactifs de Bure, dans les Vosges, avec la pérennisation sur place d'un bataillon de gendarmerie mobile.

Gendarmes mobiles près du site de Bure dans les Vosges
En effet, la situation sur cet endroit commence à ressembler à la ZAD de Notre Dame des Landes, près de Nantes, qui a existé jusqu'en mai 2018, à savoir des manifestants violents contre un projet national. Des actions extrêmement  violentes d'individus, en lien avec la mouvance anarcho-libertaire et la mouvance dure antinucléaire allemande, ont déjà eu lieu à Bure et montre la nécessité d'une présence forte et permanente des forces de l'ordre.

Manifestation du 18 février 2017 d'une attaque de l'enceinte de l'ANDRA à Bure
Vous pouvez avoir un aperçu de ces violences sur cette vidéo ci-dessus de 2017.


Camion anti émeute lors de la manifestation du 15/08/2017 à Bure
Une manifestation sur cet endroit, le 15 aout 2017, avait nécessité la présence d'un camion anti émeute des CRS, protégé par des gendarmes mobiles.




>>> Cliquez ici <<<


 
Gendarmes mobiles protégeant un engin de chantier près de Bure le 22/02/18
C'est pour cela que le 22 février 2018, 500 gendarmes mobiles furent envoyés pour intervenir dans une forêt toute proche du site pour évacuer des squatteurs et protéger les équipes qui ont nettoyé la zone.

Voici une vidéo filmée par la Gendarmerie Nationale
 montrant le début de l'intervention.

Ils interviennent également pour gérer l'afflux de migrants qui tentent de rejoindre le Royaume - Uni sur Calais et qui se dissimulent dans des camions qui prennent les Ferrys, 


ou en tentant de passer par le tunnel reliant la France à l'Angleterre... Ils sont toujours présents, en soutien des CRS déjà présents sur CALAIS.


En 2013, ils ont été mobilisés face à l'action des bonnets rouges qui exigeaient le retrait de portiques. Ces portiques devaient servir à payer une écotaxe sur les camions qui emprunteraient les routes principales. Le gouvernement, devant la durée, le saccage des portiques et la violence de la contestation les retira.

Le monde agricole va aussi réagir devant la baisse des prix et les suicides de leurs confrères pour que les politiques réagissent, mais avec moins de violences…

Gendarmes mobiles déployés face à des agriculteurs face à la chute des cours du lait - 25/01/2016
Le déploiement de forces permet, entre autre, de faire réfléchir les manifestants aux risques d'affrontements, car la doctrine du Maintien de l'ordre en FRANCE est: de maintenir les manifestants à distance, éviter de blesser le plus possible.


Gendarmes mobiles ayant arrêté un pilleur sur l'ile de St Martin début septembre 2017
Les gendarmes mobiles interviennent aussi dans des situations de catastrophes naturelles, où des pillages et l'insécurité peuvent survenir aussitôt après. Comme pour exemple, début septembre 2017, 400 gendarmes ont été envoyés sur l'ile de St Martin, qui venait d'être dévastée par le cyclone IRMA...
Ils interviennent à l'occasion de rencontres sportives,

Gendarmes mobiles le 10/07/2018 lors de la Demi-Finale du Mondial de Football
patrouillant sur les Champs Elysées à Paris
ou moments de joie sur de grandes artères des villes comme après la victoire d'un match, 

ou encore des moments festifs comme les jours de l'An.

Ils peuvent intervenir pour évacuer des lieux comme ici les tribunes d'un stade.


VBRG devant un barrage sur la ZAD de NDDL le 10/04/18
Une des plus grandes opérations de ces dernières années, mobilisant plus de 25 EGM, a eu lieu lors de l'évacuation de la ZAD de Notre Dame Des Landes, près de Nantes, en avril 2018.



Image d’un drone de la gendarmerie le 11/04/18
Les nécessités de ce nombre important de gendarmes mobiles s'expliquent par la surface à couvrir: des routes et des champs sur plusieurs kilomètres carrés.

Individus masqués sur une route de la ZAD de NDDL utilisant une catapulte le 10/04/18
La violence rencontrée par les Zadistes est connue pour leur organisation et leur moyen de repousser des actions des Forces de l'Ordre pour les expulser.

Gendarme mobile muni d’un drone sur la ZAD de NDDL en avril 2018
C'est pour cela que la préparation en amont par l'analyse à l'aide de drones,

Gendarmes mobiles dont l’un d’entre eux est muni d’une caméra sur la ZAD de NDDL  le 10/04/18
et une organisation de forces déployées sur la zone a permis d'expulser la première semaine plus d'une vingtaine de squats.


Cordon de CRS et de Gendarmes mobiles pour séparer 2 groupes de manifestants opposés.
Les EGM épaulent également les Compagnies de Sécurisation et d'Intervention (CSIde la Police Nationale, ainsi que les Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) en fonction de l'actualité.

>>> Cliquez ici <<<



VBRG avançant sur la route RT1 le 05/11/2018
Huit Escadrons ont assuré le Référendum d'autodétermination de la Nouvelle Calédonie en 2018 pour assurer la tenue de ce vote en toute sérénité et sécurité.

>>> Cliquez ici <<<


Le ministre de l'intérieur, Gérard COLLOMB, à St Astier, le 08/06/18
Le ministre de l'intérieur de l'époque, Gérard COLLOMB, a exposé, le 08 juin 2018, au Centre d'entrainement de St Astier de la Gendarmerie, une doctrine du maintien de l'ordre à adopter lors des prochaines interventions:
Elaborée sur la base des RETEX (Retour d'Expériences) de quatre opérations majeures réalisées en 2018 (Bure, Notre Dame des Landes, Gestion des mouvements dans les universités en mai 2018 et la manifestation du 1er mai 2018), la doctrine du maintien de l'ordre a évolué autour d'un axe majeur:
La judiciarisation des fauteurs de troubles

Vidéo de cette visite du 08/06/2018


Trois principes sont pris en compte:
1- Mieux préparer et anticiper les manoeuvres d'ordre public

2- Garantir l'application pleine et entière du droit

3- Mieux expliquer et toujours plus communiquer 
sur le sens de l'action engagée.

CSI et CRS face à des manifestants des Gilets Jaunes e 24/11/18 sur les Champs Elysées à Paris
Cependant les émeutes qui se sont produites, en marge de manifestations dites "des Gilets Jaunes" le 24/11/18 et le 01/12/18 aux Champs Elysées, ou ailleurs en France, ont imposé une nouvelle réflexion sur ce type de manifestations extrêmement violentes:

 
>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<


VBRG déblayant une petite barricade dans Paris le 08/12/18
Ce qui a fait suite à des changements de modes opératoires durant les manifestations en France le samedi 08 décembre 2018, répartissant sur l'ensemble du territoire plus de 89.000 gendarmes et policiers. A titre d'informations, 100 Escadrons de Gendarmerie sur 109 et 55 Compagnies de CRS sur 60 furent mobilisés

Gendarmes mobiles à Bordeaux face à des personnes violentes le 08/12/18
Une meilleure adaptation des effectifs et des mouvements dynamiques ont été réalisés pour empêcher les émeutiers de se positionner en situation défensive.

>>> Cliquez ici <<<


Gendarmes Mobiles lors de l'Acte 18 des Gilets Jaunes le 16/03/19 à Paris
Face à la violence permanente dans de nombreuses manifestations, les EGM sont toujours en premières lignes, face à des émeutiers toujours aussi violents.


La violence permanente dans des manifestations en France
et dans le monde occidental
>>> Cliquez ici <<<


Motards de la Garde Républicaine lors d'un renfort pour les BRAV-M le 20/04/19
Depuis le 20 avril 2019, des "BRAV-M" ont été mis en place. Il s'agit de binômes à motos qui permettent de projeter rapidement des Forces de Maintien de l'ordre dans des endroits violents. Des gendarmes mobiles pourront être déployés de cette manière là. De plus des motards de la Garde Républicaine épaulent les "BRAV-M" pour augmenter le nombre de projection de policiers. :

 >>> Cliquez ici <<<


- Véhicules des EGM -
 
Véhicules d'un Escadron de Gendarmerie Mobile en 1963
Les moyens de déplacement, au fil des décennies, se sont modernisés.

Les EGM possèdent plus de 900 IRISBUS qui permettent 
d’avoir des unités plus mobiles,

Et de pouvoir se déployer en les utilisant pour bloquer des rues.

Ils permettent plus facilement aux EGM de tenir différents points fixes.
 
De nouveaux fourgons IVECO Daily arrivent pour renouveler le parc vieillissant de la Gendarmerie Mobile.
 

Les anciens VCT (Véhicules de Commandement et de Transmissions) sont eux aussi remplacés par ce modèle. Il y a actuellement plus de 140 de ces véhicules dans les EGM.
 

Ils sont équipés d'un espace pour avoir une cellule de crise et de nombreuses capacités d'informations et de communications permettant de communiquer avec la Police Nationale, les pompiers, la Sécurité Civile, le SAMU, les opérations de l'Armée type SENTINELLE, l'Administration Pénitentiaire, les Préfectures et les Douanes.


Auparavant, les EGM se déplaçaient dans des autocars, comme ici, avec ce Renault PR10S.

L’EGAME (Engin du Génie d’AMEnagement) de la Gendarmerie Mobile,basé au GBGM de Satory, est un engin pour casser des barricades:

L'EGAME de la Gendarmerie Nationale
>>> Cliquez ici <<<

Il permet aussi de pousser des obstacles mis sur la route.

Il est normalement plus adapté pour manoeuvrer en forêt ou dans des champs que les VBRG.


La cabine est protégée. Ce véhicule peut passer des passages à gué avec 1 mètre d'eau et à un rayon de braquage très court de moins de 4 mètres.

La Gendarmerie a eu, dans les années 80, de nombreux TRM 2000 "Transport de troupe" en livré vert kaki. Plusieurs ont été transformés en véhicules permettant le maintien de l'ordre et sont toujours utilisés.

Grève violente en Avril 2016 sur l'Ile de Mayotte
On peut les voir ici sur Mayotte, lors d'émeutes en avril 2016

Grève violente en Avril 2016 sur l'Ile de Mayotte
avec en soutien un VBRG pour dégager des barrages

Grève violente en Avril 2016 sur l'Ile de Mayotte


Manifestation à Nantes contre la création d'un aéroport le 22 février 2014.
Pour éviter le contact, des TRM 2000 modifiés, appelés DRAP 
(Dispositif de Retenue Autonome du Public)
 équipés de grilles, peuvent être installés pour contenir les manifestants.


 Voici un autre TRM 2000 LAMA. Ce véhicule, conçu en 2014 a un seul exemplaire, et se trouvant aussi au GBGM de Versailles Satory, est un camion expérimental pour le rétablissement de l'ordre. 

Grâce à sa lame "DOSER", celui-ci peut repousser des pneus enflammés ou de petits barricades posées par des manifestants.

Chargé d'une cuve d'eau, il est surmonté d'un canon à eau pouvant tourné sur 360°.

Violences faites par des hooligans russes et anglais lors de l'Euro 2016 
le 11/06/2016  à Marseille
Cependant les Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS) possèdent un plus grand nombre récent de véhicules avec canon à eau: 

>>> Cliquez ici <<<




Découvrez ce lien rapide sur tous les articles de ce blog traitant de la Gendarmerie Nationale en maintien de l'ordre et en intervention


Spécial Gendarmerie Nationale
Tous les sujets sur ce blog sur la Gendarmerie
>>> Cliquez ici <<<

Retrouvez l'histoire 
du Maintien de l'ordre en France:

Droits et devoirs 
lors de manifestations en France
>>> Cliquez ici <<<

Pour rappel, voici les moyens mis en place par l'Etat français
pour des interventions et des surveillances
sur le territoire français:

Pour le maintien de l'ordre en milieu carcéral, 
la France a mis en place, depuis 2003, les ERIS:




Découvrez 
le Musée de la Gendarmerie Nationale 
de Melun en France
>>> Cliquez ici <<<
 

Création de Freddy BAILLY

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire