dimanche 12 juin 2016

Histoire des Unités de maintien de l’ordre en France Partie 3 – De 2000 à 2013

Histoire des Unités de maintien de l’ordre 
en France 

Partie 3 – De 2000 à 2013

Mise à jour: 15/09/2017


Comme vous avez pu le voir dans les 2 premières parties, le Maintien de l’Ordre a évolué, aussi bien en technicité, qu’en tactique. Les années qui vont venir vont mettre ce savoir faire à rude épreuve.


Le sommet du G8, en juin 2003 (sommet regroupant les 8 pays les plus riches) à Evian, va mobiliser un effectif conséquent, face à des altermondialistes qui seront venus dénoncer les abus du monde capitaliste.



Pour cela, des véhicules arroseurs d’eau, aussi appelés "camions pompe", seront spécialement prêtés par la Belgique car la France à l’époque n’est pas dotée en quantité de ce type d’équipements….



Les EGM (Escadrons de Gendarmerie Mobile) s’entraineront d’ailleurs pour manœuvrer avec ces véhicules.


De même en 2009, lors d'un sommet de l'OTAN à Strasbourg, des casseurs et agresseurs vont venir se mélanger aux altermondialistes pour en découdre avec les forces de l'ordre.


Ceux -ci répliqueront


 On peut voir sur le lien ci-dessous l'augmentation de cette violence:


On peut voir l'intensité de l'affrontement sur cette vidéo



et la police anti-émeute allemande sera déployée pour éviter
 que les casseurs passent le Rhin.




Vidéo sur le déploiement sur le pont qui enjambe le Rhin



Le 27 octobre 2005, à Clichy sous Bois,  2 enfants sont électrocutés dans un transformateur EDF. Le soir même commence des échauffourées : des jeunes s’en prennent à la police et aux pompiers qui viennent éteindre 
les flammes de voitures incendiés.



Durant 3 semaines, un peu partout dans des banlieues de grandes villes françaises, des scènes d’émeutes, de voitures incendiés et d’attaques sur les policiers et pompiers vont avoir lieu.



Au plus fort de la vague de violence, 300 communes seront touchées 
et l’état d’urgence est décrété après 12 nuits d’émeutes.



Bilan : 56 policiers blessés, plus de 10.000 véhicules brûlés, 300 bâtiments détruits ou dégradés, 6.000 personnes interpellées et 1.300 écrouées.

Sur le lien ci-dessous est présenté les violences urbaines en France:


En 2006, des manifestations contre un projet de "contrat première embauche" (CPE) va là aussi mobiliser les CRS et gendarmes mobiles.



La doctrine du maintien de l'ordre sera de rester 
à distance pour éviter le contact.



Cependant des petits groupes vont s’organiser dans la masse des étudiants, pour les racketter ou provoquer des violences à l’intérieur des manifestations étudiantes.


Les associations étudiantes reprocheront d’ailleurs la non intervention des policiers qui se trouvaient autour ….



Après la crise de 2008 et la restructuration d’entreprises qui vont créer de nombreux demandeurs d’emplois, des manifestants d’usines vont aller demander des comptes et vont se retrouver devant les forces de l’ordre.



En 2009, des affrontements auront lieu en Guadeloupe avec des grèves qui durèrent plusieurs mois, et nécessiteront l'utilisation de VBRG pour enlever des barrages qui bloquaient les axes de l'ile...



Lors des réformes des Retraites, en 2010, certaines manifestations étaient noyautées par de jeunes casseurs et perturbaient les défilés du fait de l'intervention des forces de l'ordre



En 2012, à Notre dame des Landes près de Nantes, les techniques de maintien de l’ordre montreront aussi leurs limites pour intervenir.



En effet, les Gendarmes Mobiles interviendront pendant plusieurs semaines pour évacuer des opposants à un aéroport qui doit se construire sur une zone rurale.



Dans un milieu forestier, les techniques du maintien de l’ordre ou pour déloger des personnes sont très compliquées, du fait de manque d’infrastructures...


 Pas de route pour emmener des personnes interpellées, mais aussi l'impossibilité de l’utilisation de lance grenades lacrymogènes du fait des arbres et des branches, empêchant un tir précis.



Par la suite, d’autres manifestations contre cet aéroport auront lieu dans la ville de Nantes et causeront des affrontements systématqiues avec les forces de l’ordre comme le 22 février 2014 où, durant plusieurs heures, le centre ville 
fut transformé en champs de bataille.



Des équipes de la BAC (Brigade Anti Criminalité) ont été aussi mobilisées pour reprendre des zones où des manifestants violents s’étaient réfugiés pour enlever les pavés de rues piétonnes, pour ensuite les lancer sur les forces de l’ordre…



Sivens, dans le sud de la France, autre lieu de contestation face à un projet de barrage, montrera aussi la dangerosité des grenades offensives
 comme celle qui tua Rémi Fraisse.



Et aussi la détermination des opposants n’hésitant pas à lancer des solutions acides et cocktails Molotov .



2013 verra aussi des mouvements contre le mariage Gay. Les manifestants étant avec leurs enfants, les forces de l’ordre ont plus utilisé des gaz lacrymogènes à main plutôt que des grenades pour repousser les personnes les plus proches d’eux…



D’autres manifestations violentes ont lieu comme avec les Bonnets rouges en octobre 2013, qui ont repris le symbole du bonnet rouge, mis lors d’une révolte antifiscale qui avait soulevé la Bretagne contre une taxe décidée, 
par Paris, au 17ème siècle.



En 2013, la raison de cette action des bonnets rouges était pour le retrait de portiques qui devaient servir à payer une écotaxe sur les camions qui emprunteraient les routes principales. Le gouvernement, devant la durée, le saccage des portiques et la violence de la contestation les retira.



Le monde agricole va aussi réagir devant la baisse des prix et les suicides de leurs confrères pour que les politiques réagissent, mais avec moins de violences…




Les unités de maintien de l’ordre vont aussi se retrouver durant ces années en cordon entre les pro et  les anti.



Reportage: Quand la France s'embrase
Enquête sur le maintien de l'ordre
2 ans après les émeutes des banlieue en 2005, le reportage révèle les dessous d"une spécialité française: le maintien de l'ordre. Fruit d'un an d'enquête, il décortique le mécanisme de l'ordre.. et du désordre. Pourquoi les crises françaises débordent en désordre généralisé ? Comment les crises sociales deviennent des crises de régime ? En quoi la stratégie du maintien de l'ordre est un art politique ?

Début du reportage: Pour le monde entier, la FRANCE est le pays des manifestations monstres, des émeutes géantes et des grèves générales. C'est un fait. De gauche comme de droite, aucun pouvoir n'a échappé à cette rue qui se transforme en champs de bataille, en champs politique. Pourquoi ces flambées de violences, comment surgissent-elles, comment l'Etat réagit. Entre l'automne 2005 et le printemps 2006, 2 grandes crises ont secoué la FRANCE. A elles seules, les émeutes des banlieues et la crise du CPE   résument 50 ans de désordre et de maintien de l'ordre... 





Découvrez actuellement 
au Musée de la Gendarmerie Nationale 
de Melun en France
>>> Cliquez ici <<<

Droits et devoirs 
lors de manifestations en France
>>> Cliquez ici <<<


Pour faire face à toutes ces situations la FRANCE 
a développé 3 forces distinctes 
pour assurer le maintien de l'ordre:




La France possède aussi un centre 
où elle entraine régulièrement ces unités:


Le CNEFG
Centre National d'Entrainement des Forces de Gendarmerie
>>> Cliquez ici <<<



Voici d'autres sujets 
sur les forces anti-émeutes:
>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<


Les violences urbaines dans différents pays occidentaux
>>> Cliquez ici <<<  


Les Mobiele Eenheid néerlandaises

Les Bereitschaftspolizei allemandes

Les forces Anti-émeute Belges







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire