mercredi 8 août 2018

Lutte Anti drone

Lutte Anti drone


 
Durant le discours du président vénézuélien, le samedi 04 aout 2018, deux drones ont explosé créant un mouvement de panique comme vous pouvez le voir ci dessus, sur cette vidéo, montrant trois plans présentant simultanément la télé vénézuélienne et les deux drones.

 
Ici on peut voir la vidéo du premier drone explosé.
Ce type d’attaque est une hantise pour toutes les forces de sécurité. On ne peut pas tirer dessus au risque de balles perdues, ou de chute sur le public ou sur la cible que visait le drone. Il faut donc réussir à le neutraliser sans faire de blessé 




Survol et crash sans conséquence d'un drone sur une centrale nucléaire 
par l'ONG GREENPEACE en juillet 2018
En 2015, 15 centrales nucléaires françaises sur 19 avaient été survolées par des drones. (Lien sur ces incursions en cliquant ici). En juillet 2018, l'ONG GREENPEACE avait organisé le survol et le crash d'un drone sans conséquence sur une centrale française comme on peut le voir ci-dessus.


Soldat irakien faisant décoller un drone pour faire des repérages dans la ville de Falloujah en 2016
Le risque d'attaque aérienne par des drones est réelle. En effet, le 02 octobre 2016, deux soldats français des forces spéciales ont été blessés, ainsi que huit autres soldats locaux, et deux soldats kurdes sont morts suite à l'explosion d'un drone piégé, alors que ces soldats progressaient dans les décombres d'une ville irakienne. (Lien sur un article sur cette attaque en cliquant ici)



Image d'illustration d'un drone
Durant les reconquètes de villes syriennes et irakiennes, les forces terroristes de DAESH ont utilisé des drones aériens civils transformés en bombes volantes. Vous pouvez lire dans cet article en cliquant ici d'un site d'informations français cette nouvelle arme qu'utilisait DAESH.



Ils ont aussi équipé des voitures bourrées d'explosifs, qui, elles aussi, étaient télécommandées. Voici comment l'une d'elles fut neutralisée par des français sur cette vidéo ci-dessus.


Pour empêcher ou bloquer le survol de drones, il existe plusieurs moyens :

 
Avec des moyens classiques comme le Skywall, une sorte de bazooka qui envoie un filet et fait tomber en douceur le drone grâce à un parachute muni sur le filet. Mais l’appareil est encombrant et peu pratique car la distance d’interception est courte.


Voici la vidéo de démonstration du Skywall.



Il existe de nombreux brouilleurs qui s’utilisent comme un fusil, où l’on cible le drone, et celui-ci ne reçoit plus d’ordre du pilote du drone du fait du brouillage des ondes. L’appareil se met alors en sécurité et atterrit verticalement.

 
Voici la vidéo de démonstration de l’un d’entre eux 
de la marque Battelle Dronedefender

Ou ici la marque russe Kalachnikov.


L'un de ces systèmes fut utilisé par la gendarmerie Nationale chargée de la protection du Président de la République française, le 06/08/2018, lorsqu'un drone survola la résidence d'été où se trouvait le président. Il fut intercepté et tomba à la mer.
>>> Lien sur un article présentant cette interception <<<


 
On peut également mettre en place un système qui bloque toute commande radiocommandée dans un périmètre aérien précis, à l’aide d’appareils militaires. Mais la zone à couvrir est limitée.



D'autres ont expérimenté le moyen d'intercepter à l'aide de drones "Intercepteur" muni d'un filet pour en attraper en vol.


 
Il existe également des aigles. On apprend dès leur plus jeune âge à se nourrir sur des carcasses de drone, puis ensuite leur assimiler jeu et nourriture, avec des drones volants, et ce moyen devient par la suite synonyme de nourriture dans l'esprit de l'aigle.


 
Voici une vidéo de l’armée de l'air française présentant 4 de ses aigles
 qui protègent une base aérienne contre l’incursion de drones.



Les forces de l’ordre néerlandaises ont, quant à elles, développées ce même système pour protéger des autorités lors de visites comme vous pouvez le voir dans cette vidéo de démonstration d’intervention, mais l'ont abandonné pour des raisons éthiques: l'animal pouvant se blesser avec les rotors du drone. De même, le rapace intervient surtout dans des zones qu'il connait comme zone de chasse, si bien qu'il est désorienté sur un autre site.



Voici une vidéo réalisée par  Autonomous Weapon, une association qui dénonce le risque de concevoir des drones volants autonomes d'attaques. 
De la fiction pour l'instant, mais les militaires en rêvent...



Cependant, ils peuvent être utilisés de manière plus pacifique et protégés par exemple des pompiers comme ces drones roulant japonais.



et la web série au 1/87

" GSG9 - Unité spéciale "

















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire