mardi 3 mai 2016

Saison 2 - Episode 12: Racket - Partie 2


Toute ressemblance avec des personnes ou des situations réelles ou ayant existées ne seraient que pure coïncidence

2ème Saison

12ème épisode - Racket -



Partie 2 : Menaces

Résumé de la partie précédente : Wolgang GRUGIR est le patron d’une nouvelle compagnie de taxis Berlinois : BERLIN Taxi. Il a reçu la visite de 2 hommes qui lui ont proposé leurs services pour protéger ses taxis et ses chauffeurs. Celui ci a refusé et le lendemain, 5 taxis ont été détruits et leurs chauffeurs retrouvés blessés… 
La suite c’est maintenant…

Mercredi, 08h32, Siège de la société « Berlin Taxi »



Katarina : « Monsieur, les 2 visiteurs de lundi demandent à vous voir… »

Wolgang GRUGIR : « Faites les entrer ! »



Manolo LOPEZ : « Bonjour Monsieur GRUGIR. Nous revenons vous voir suite aux actualités que nous avons apprises hier soir… Comme quoi, vous voyez, vous avez besoin de nos services… »

Wolgang GRUGIR : « Mais pour qui me prenez vous ? J’ai bien compris qui vous êtes… Vous venez pour me racketter… Mais vous ne me faites pas peur !!! »



Manolo LOPEZ : « Tout de suite les grands mots…. Hans, pose ta valise et montre lui que nous ne plaisantons pas !!! »



Wolgang GRUGIR : « NE ME TOUCHEZ PAS !!! »



Devant le bâtiment central
Conductrice : « Vous avez appris ce qui s’est passé hier soir sur les 5 collègues qui ont été frappés… »

Andrea : « Oui, ils ont été retrouvés dans le coffre de leur taxi et …. Mais qu’est ce qui se passe dans le bureau du directeur ??? »



Andrea : « Mais on dirait qu’on le tape !!!! »



Andrea : « Mais oui, un homme le frappe et le jette par terre !!! »



Andrea : « Il faut appeler la police !!! »



Manolo LOPEZ : « Est ce que nous avons été plus clair GRUGIR ? »



WOUI WOUI WOUI
Manolo LOPEZ : « C’est quoi ces sirènes ??? »



Manolo LOPEZ : « LES FLICS !!! »



Manolo LOPEZ : « Relève le !!! »



Alexandre, le Policier : « Où se trouve l’agression ? »

Katarina : « Dans le bureau du directeur. Au premier étage du bâtiment derrière moi… »



Alexandre, le Policier : « OK, on va y aller… Restez à distance !!! »



Hans PUTTER : « Qu’est ce que font les flics ??? »



Manolo LOPEZ : « Ils sont en train de rentrer dans le bâtiment. Ceux sont les salariés qui ont dû nous voir donner une correction au directeur depuis le dehors qui ont appelé certainement la police… »



Alexandre, le Policier : « Bon, vous évacuez toutes les personnes et je monte avec Peter et Karl !!! »



Alexandre, le Policier : « C’est la police, sortez les mains en l’air !!! »

Manolo LOPEZ : « CASSEZ VOUS !!! On est armé !!! Nous avons le directeur en otage !!! »



20 minutes plus tard



Jurgen ADENOER : « Gare toi là !!! »



Jurgen ADENOER : « Bonjour je suis Jurgen ADENOER, hauptkommissar du GSG9. Nous rentrions sur notre base quand le QG central nous a appelé. Que pouvez vous nous dire de la situation ? »



Alexandre, le Policier : « Nous avons été appelés pour une agression sur un homme dans son bureau… En arrivant, nous sommes intervenus et nous pensons qu’il y a 2 agresseurs… Cette secrétaire les a vus et les a fait entrés dans le bureau du directeur. »

Katarina : « Oui. C’est moi qui les ait introduit dans le bureau et ils sont déjà venus lundi… Mais tout c’était bien passé ce jour là… »



Peter : « Nous avons eu hier 5 taxis détruits et leurs 5 chauffeurs brutalisés. Y a-t-il un rapport ??? »

 Alexandre, le Policier : « Lorsque nous sommes montés pour demander de sortir du bureau du directeur, on nous a criés de partir, qu’ils étaient armés, et que le directeur est leur otage…  Nous avons évacué les bureaux et fait un périmètre de sécurité… »



Alexandre, le Policier : « Actuellement, le directeur est devant une de ces vitres de son bureau et ne bouge pas… »



Jurgen ADENOER : « Très bien. Ce sont certainement des racketteurs et le patron n’a pas voulu payer… Donc ils sont potentiellement dangereux. »



Jurgen ADENOER : « J’ai besoin d’un plan détaillé des locaux. Nous prenons l’affaire et je vais disposer mes hommes autour des preneurs de l'otage… »








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire