samedi 14 mai 2016

DGIGN

DGIGN 
Détachement du Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale
de la Gendarmerie Nationale

Mise à jour: 03/06/2021



Remise officielle du Commandement du GIGN le 02/10/2020 au Général Ghislain Réty
Le 05 octobre 2020, une réorganisation du GIGN a été opérée créant une unité d'intervention unique en Europe de par ses effectifs et ses missions.


En effet, le GIGN sera réparti, à partir du printemps 2021, entre un GIGN Central et 14 Détachements GIGN en métropole et outre mer. Les détachements s'appelaient précédemment AGIGN.





Auparavant les AGIGN étaient connus sous le terme de PI2G signifiant "Peloton d'Intervention Interrégional de Gendarmerie" dépendant de la Gendarmerie Nationale Française. Ils ont été reconfigurés en 2016 en "Antennes du GIGN" (AGIGN) ou connu aussi sous l'appellation de "GIGN Régional".


Cette unité est la force intermédiaire entre les PSIG SABRE (Lien en cliquant ici) et le GIGN National (lien en cliquant ici) et qui permet d'épauler voire de remplacer les primo arrivés sur des situations de crises


Elles sont au nombre de 13 en 2020 dont (7 en outre mer appelées anciennement GPI). Pour celles en métropole, elles sont basées sur Toulouse, Orange, Dijon, Nantes, Reims, Tours et Caen pour 2021.


Leurs missions d'intervention sont très variées: intervenir donc en soutien des PSIG SABRE, appuyer le GIGN Central, intervenir sur les sites Nucléaires ou "classé Seveso" (sites industrielles sensibles), assurer des missions de protection rapprochée (en civil), effectuer des transfèrement ou escortes de détenus
 particulièrement dangereux


Ils peuvent aussi intervenir pour l'arrestation de personnes dangereuses et des cas de gestion de forcené retranché. Chacun est constitué d'une cinquantaine de gendarmes. 

Membres d’un AGIGN devenu DGIGN lors de la traque du fugitif  dans les Cévennes en mai 2021

Depuis 2021, les DGIGN peuvent inclure un dispositif qui permet une montée en puissance rapide et massive des moyens d’intervention venant en appui des gendarmes primo-intervenants : le DIAG

>>> Cliquez ici <<<

Entrainement des membres du GIGN FSP
Les TEASS, (Technicien en Escorte d'Autorités et Sécurisation de Site) sont issus de la Gendarmerie Mobile, suivent un stage de six semaines, encadrés par le GIGN. Ils sont ensuite déployés pour assurer la sécurité des français ou de diplomates dans des pays à risques (terrorisme ou en proie à des violences).

Le GIGN assure, qu'en à lui, la sécurité d'ambassades à hauts risques à travers son unité du FSP... 

>>> Cliquez ici <<<



L'entrainement régulier dans toutes sortes d'endroits inattendus comme les stades, trains, bus, tramways, bateaux, usines, etc, leur permet une haute technicité dans leurs interventions.


Chaque DGIGN possède des équipes "Assaut d'urgence", "Appui-Observation", "Effraction"


Dans les Départements d'Outre Mer (DOM) et Communautés d'Outre Mer françaises ont été aussi déployées ces unités qui auparavant étaient appelées "GPI" ou "GPIOM" :

>>> Cliquez ici <<<

Membres de l'AGIGN de la Réunion durant l'exercice du 23/05/2017
Vous pouvez retrouver un exercice réalisé en 2017 sur l'Ile de la Réunion:

>>> Cliquez ici <<<


Progression tactique lors de l'exercice NOVI Alpha à Héric le 15/11/17
Image Gendarmerie Nationale
ou ici à Héric en Loire Atlantique le 15 novembre 2017:


Gendarmes en protection derrière le véhicule blindé de l'AGIGN.
lors de l'exercice du 28/01/19
Ils continuent à s'entrainer régulièrement pour être prêts à intervenir comme ici fin janvier 2019, dans un "Center Parcs" de l'Aisne:


Deux membres de l'AGIGN et de deux militaires lors de l'exercice du 01/02/19
ainsi qu'avec des militaires dans le cadre d'opérations conjointes ou dans celui de l'opération "SENTINELLE" pour qu'ils puissent ensemble manœuvrer de concert, comme ici dans des écoles militaires de St Cyr - Coëtquidan, début février 2019.

 
Pour vous faire une idée du type d’un exercice anti-terroriste, voici des images tournées par la Gendarmerie, lors d’un exercice en 2017, à l’aéroport de Tarbes- Lourdes où la Brigade de Gendarmerie des Transports Aériens (BGTA), plusieurs unités de gendarmeries et l’AGIGN de Toulouse ont été engagées.



Les AGIGN participaient aux 3 piliers d'intervention de la Gendarmerie Nationale créés fin 2015:


L'intervention élémentaire: Elle concernait les gendarmes des brigades territoriales, primo intervenants sur les lieux d'attaques qui figeront la situation.


L'intervention intermédiaire: Elle concernait les PSIG SABRE (lien en cliquant ici) qui intervenaient pour neutraliser les attaquants et stabiliser la situation en repoussant des attaques éventuelles et empêcher des terroristes, preneurs d'otages ou criminels de s'échapper.


L'intervention spécialisée: Elle concernait le GIGN (lien en cliquant ici) et les AGIGN. Ils procédaient à l'assaut final.

Depuis 2017, les termes  de ces interventions sont plus simples et sont maintenant classées en 2 étapes: les "Primo arrivés", puis les "Renforts", plus facile à gérer dans la perception des interventions.


Sachant qu'une attaque terroriste de masse dure entre 30 et 80 minutes, la nécessité d'intervention rapide et de réponse armée appropriée, c'est à dire d'armes de guerre contre armes de guerre par du personnel entrainé et qualifié permettra 
d'intervenir rapidement.
 
Ce schéma de défense s'inscrit dans cette montée en puissance des forces militaires d'intervention :
>>> Cliquez ici <<<


Ils réalisent également des exercices communs entre les DGIGN et les PSPG (Peloton Spécialisé de Protection de la Gendarmerie - lien en cliquant ici), comme ici, dans cette simulation qui s'est déroulé en juin 2016:

Simulation d’intervention de gendarmes dans un train de la SNCF dans le cadre de l’opération « Train Marshall’s »
On peut noter également que le GIGN et les DGIGN sont maintenant engagés dans l'opération "TRAIN MARSHALL'S" en juillet 2018 en cas d'attaque terroriste dans un train. 
La France s'est inspirée des AIR MARSHAL, ces policiers qui voyagent à bord des avions américains.


Opération "TRAIN MARSHALL'S en France
>>> Cliquez ici <<<



Les DGIGN, ainsi que le GIGN Central, sont équipés 
de TOYOTA LC200 du préparateur CENTIGON. 
Ces véhicules sont des 4X4 blindés conçus pour résister à tous les calibres courants d'armes de guerre et à des engins explosifs.




En voici un lors d'un exercice en mars 2017, dans le département du CHER, 
et appartenant à l'DGIGN de TOURS:



 
Escorte GIGN du 05/02/18
Ils peuvent servir également lors d'escortes de détenus dangereux qui pourraient s'évader grâce à des complices lourdement armés...





Un Hors série de la revue RAIDS de 2016 parle aussi des AGIGN Régionaux
avec un maximum d'informations
Découvrez le vite !!!



L'Allemagne a également créé ce type d'unités de primo intervenants:

>>> Cliquez ici <<<


Voici une vidéo présentant le PI2G de Toulouse et d'Orange:




Pour montrer, si besoin était, de la nécessité d'avoir des unités équipés, pour la riposte, en armes et protection balistique, et signe d'une montée de la violence pour tuer, en juillet 2016, des émeutes ont eu lieu dans le Val d'Oise avec des tirs d'armes à feu sur les forces de l'ordre occasionnant 13 policiers et gendarmes blessés par balle...

Voici les niveaux d'alerte mis en France et ses forces:

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<


Vidéo de progression d'une unité d'intervention 
de la Gendarmerie Nationale


Découvrez ce lien rapide sur tous les articles de ce blog traitant de la Gendarmerie Nationale en maintien de l'ordre et en intervention

>>> Cliquez ici <<<
 
et pour les fans de PLAYMOBIL


Création de Freddy BAILLY
 



>>> Cliquez ici <<<



Devenez réserviste 
de la Garde Nationale Française
>>> Cliquez ici <<<


Découvrez les autres forces
d'interventions rapides françaises:


>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<


>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire