vendredi 15 février 2019

La violence permanente dans les manifestations sociales

La violence permanente 
dans les manifestations sociales en France 
et dans le Monde occidental.

Mise à jour: 26/07/2021


Manifestation du 1er mai 2017
Depuis de nombreuses années, on assiste à des violences régulières, voire systématiques, dans les manifestations sociales en France.


Barricade montée sur les Champs Elysée le 24/11/18
Depuis plusieurs semaines, les manifestations des « Gilets Jaunes » chaque samedi, débordent en violences avec des casseurs et des personnes violentes, face aux forces de l’ordre, sur Paris et dans différentes villes de France.



Pompiers se protégeant derrière leur camion contre des jets de projectiles de personnes violentes lors d'une manifestation de Gilets Jaunes à Clermont Ferrand le 23/02/19
On assiste même à des images incroyables comme ci-dessus, à Clermont Ferrand, le 23 février 2019, où des casseurs s'en prennent à des pompiers qui viennent éteindre des feux de rue...

Lien sur un article de "France 3 Auvergne Rhône Alpes"
sur les violences rencontrées
en marge de la manifestation des Gilets Jaunes du 23/02/19
>>> en cliquant ici <<<



Membre d'un CSI visant avec un LBD 40
Pour rétablir l'ordre, de nombreux moyens sont utilisés, dont certains sont décriés par les manifestants:


Moyens utilisés durant les émeutes de fin 2018 et début 2019
>>> Cliquez ici <<<


Manifestants face à des CRS lors des manifestations contre les loi travail en 2015
Cette violence devient pratiquement routinière, comme si elle était devenue une norme lors des manifestations sociales…

Manifestation de Bonnets rouges en Octobre 2013 à Quimper
Mais comment en est on arrivé à ce principe de violence permanente et extrême, plutôt que d’assister à des manifestations classiques pour montrer un mécontentement ou une volonté de changement de politique sociale ou budgétaire ?

Photo d'une manifestation violente place de la Concorde à Paris le 06/02/1934
Si l’on reprend le début des manifestations qui dégénèrent en violences extrêmes en France, on peut constater qu’il y en a eu à toutes les époques, mais de petite ou moyenne intensité, jamais dans la durée…

Soldats dans la ville de Fourmies en avril 1891
Au 19ème siècle, c’était l’armée qui était envoyée pour rétablir l’ordre suite à des manifestations qui dégénèraient.

>>> Cliquez ici <<<

Gendarmes à cheval de la GRM lors d'une manifestation dans les années 20
Puis au début du 20ème siècle est décidé de créer des unités spéciales qui géreront ce type de crises avec la création des Gardes Républicaines Mobiles, qui deviendront par la suite les Escadrons de Gendarmes Mobiles. (EGM)



Premier logo des CRS en 1945
Ils seront épaulés peu après la seconde guerre mondiale par les Compagnies Républicaines de Sécurité de la Police Nationale (les CRS).


CRS sur un grand boulevard de Paris en mai 1968
C’est lors des évènements de mai 1968, qui vont causer de nombreux blessés de par et d’autres des manifestants et des forces de police, que de nouvelles méthodes d’encadrement des manifestations vont avoir lieu.

>>> Cliquez ici <<<

Entrainement avec des VBRG à St Astier
Une école sera créée pour parfaire aux méthodes de rétablissement de l’ordre



Gradation du rétablissement de l'ordre en France
Et des mesures de gradation de la Force seront utilisées en fonction de la dangerosité que prennent les manifestations.

Policiers voltigeurs en 1986
D’autres mouvements auront lieu apportant des incidents, voir des drames comme en 1986 avec l’affaire des voltigeurs où un jeune homme, Malik OUSSEKINE, va perdre la vie.

Manifestations dans les rues de RENNES en février 1994
On retrouve également des violences dans des manifestations de corporation comme avec les métallurgistes, agriculteurs ou pêcheurs, où là encore, les violences sont extrêmes…


Policiers mobilisés à Aulnay sous Bois le 02/02/17
De même, des violences éclatent dans des quartiers dits « difficiles » lors de décès ou d’arrestations, créant des moments de tension extrême.

>>> Cliquez ici <<<

Policiers durant les émeutes d'octobre 2005
L’une d’ente elle, en octobre 2005, durera pratiquement trois semaines avec plus de 10.000 véhicules brûlés, 300 bâtiments détruits ou dégradés, plus de 6.000 interpellations dont 1.300 interpellés seront écroués


Individu durant une manifestation contre le CPE en 2009
On ne peut oublier les manifestations étudiantes, où certaines finissent également  avec des violences.

Individus violents en marge d'un sommet de l'OTAN en avril 2019 à Strasbourg
C’est au tournant des années 2000 que l’on va assister à une accélération et à des violences systématiques lors des manifestations sociales.


Manifestants prêts à en découdre avec les Forces de Police
Déclenchées régulièrement par de petits groupes de l’ultragauche et d’anarchistes voulant créer un chaos permanent, ces violences créent un sentiment d’inquiétude autant pour les riverains qui vivent ces faits, que pour les autorités, avec la crainte de personnes blessées, voire tuées…

SIVENS - 2014
Ce sera lors d’affrontements de nuit qu’un jeune manifestant, Rémi FRAISSE, mourra d’ailleurs à SIVENS en 2014.

Manifestation pacifique contre l'agrandissement d'un camp militaire sur le Larzac en 1974
Le cadre légal d’une manifestation est d’être déclarée au moins 3 jours avant la date de manifestation. Les coordonnées de l’association, syndicats ou partis politiques doivent être données, ainsi que l’objet de la manifestation, les heures de début et de fin, l’itinéraire si défilé ou cortège, une estimation du nombre attendu et le descriptif de sécurité mis en place.

Une manifestation peut être interdite par le maire ou le préfet si ils jugent qu’elle est de nature à troubler l’ordre public. Si les circonstances font craindre de troubles graves à l’ordre public, le préfet peut interdire pendant les 14 heures qui précédent la manifestation et jusqu’à dispersion, le port et le transport, sans motif légitime, d’objets pouvant constituer une arme sur les lieux de la manifestation aux lieux avoisinants et à leurs accès.

Manifestants face à des gendarmes mobiles le 24/11/18 sur les Champs Elysées
Avec le mouvement des « Gilets Jaunes » qui durent depuis de nombreuses semaines, celui ci bouleverse la méthodologie du maintien de l’ordre. Ne sachant pas qui est l’organisateur, où les manifestants vont défiler, et quand cela va se terminer, ceci implique un nombre conséquent de forces de l’ordre réparties sur l’ensemble d’une ville pour pouvoir intervenir rapidement si il y a des troubles graves…


Incendies de voitures dans une rue de Paris le 01/12/18
On a pu assister en plus de violences liées par des groupuscules de l’Ultragauche, des violences de membres de l’Ultradroite, ainsi que d’individus entrainés par ces mouvements de violence extrême


Policiers progressant dans une rue de Paris le 08/12/18
Les autorités vont alors reconfigurer la gestion d'intervention les semaines suivantes, par l'envoi des "DAR" (Dispositif d'Action Rapide), avec des policiers en civil des BAC (Brigade Anti Criminalité), ainsi que des CSI et qui vont utiliser les "LBD 40" dans le but d'interpeller et d'éloigner les casseurs.

Membre d'un CSI équipé d'un LBD 40 à Paris
Cependant, leur intervention durant chaque samedi va occasionner des blessures graves sur des manifestants. En effet, les BAC ne sont pas formés au maintien de l'ordre et à son rétablissement: 
au 31 janvier 2019, il y a eu 9.228 tirs de LBD 40 dont 1.065 tirs effectués par les gendarmes (1/4 par les Gendarmes départementaux et 3/4 par les gendarmes mobiles), 2.200 tirs par les CRS. Le reste des tirs (5.963) ont été effectués par les "DAR".



Etablissement bancaire incendié lors de l'Acte 18 des Gilets Jaunes le 16/03/19 à Paris
Un regain de violence s'est produit le samedi 16 mars 2019, lors de l'acte 18 lors d'une manifestation des Gilets Jaunes sur Paris.



Individu masqué s'en prenant à des véhicules de Gendarmerie le 16/03/19 à Paris
Des personnes masquées, estimée par la Police à 1.500 individus, s'en sont pris aux Forces de l'Ordre et saccageant les abords des Champs Elysées, avec plus de 80 magasins saccagés ou pillés à Paris.



Restaurant saccagé sur les abords des Champs Elysées le 16/03/19 à Paris
Une centaine de magasins sur Paris ont été saccagés. Plus de 220 interpellations, suivis de 185 Gardes à vue ont été effectuées. L'arme "LBD 40", décriée par son utilisation importante les semaines précédentes, n'a été utilisée ce jour-là sur Paris, une cinquantaine de fois...

Vidéos de scène d'attaques par des personnes masquées 
lors du 16/03/2019 à Paris






 Tensions violentes le 25/03/19 au Mans entre forains et Forces de l'ordre
On voit aussi dans d'autres situations, comme celui d'une manifestation, le 25 mars 2019, avec des forains au Mans, qui protestaient contre le refus de la municipalité d'organiser la fête foraine dans le centre -ville, les mêmes mouvements de violence pour faire plier les autorités à leur demande... 

Vidéo de cette confrontation

Incendie d’une voiture de l’opération SENTINELLE devant la Tour Eiffel le 09/02/19
Ce sentiment de chaos permanent est aussi accentué par les réseaux sociaux, qui créent pour certains une légitimité dans leur violence, car se sentant soutenu dans leurs actions.



Manifestation violente dans le centre ville de Nantes le 05/08/2019 en mémoire de Steve
Il est à noter également la récupération par des mouvements violents, lors de moments de souvenirs de personnes décédées suite à des actions de police comme à Sivens avec "Rémi Fraisse" en 2014 ou à Nantes avec "Steve Maia Caniço" le 05 aout 2019 pour créer un esprit de martyrs face à des actions policières.

Fresque à Nantes sur les bords de Loire
Pour montrer ce type d'actions, on peut voir aussi des fresques mélangeant et faisant des amalgames des interventions des Forces de l'ordre, comme ici à Nantes, avec un dessin mural reprenant la silhouette de Steve Maia Caniço, ainsi que les gilets jaunes, les Véhicules blindés de la Police, les lanceurs de balles de défense, les fumées de lacrymogènes, etc, etc

Policiers devant l'Assemblée Nationale le 09/02/19
De plus, une haine face au politique s’est aussi installée, comme le nombre d’élus qui se font menacés de mort, voire même subissent des tentatives d’agressions. On se rappelle la tentative d’incendie de la résidence personnelle du Président de l’Assemblée Nationale, en février 2019.

Individus devant le Ministère des Relations avec le Parlement à Paris peu après 
que la porte soit détruite par un engin de travaux le 05/01/19
Ce phénomène crée également un sentiment d’insurrection comme on a pu le voir, avec pour la première fois, un assaut avec un engin mécanique détruisant la porte d’entrée d’un ministère en janvier 2019…

Forces de l'ordre devant le théâtre des Bouffes du Nord le 17/01/20

Un autre élément a été le regroupement et la tentative d'intrusion dans un théâtre où se trouvait le Président de la République Française avec son épouse par des militants anti-macron, le 17 janvier 2020. Prévenus par des personnes à l'intérieur qui ont lancés des appels à venir manifester devant le théâtre, rapidement une cinquantaine d'individus se sont présentés et ont tenté d'entrer, nécessitant le déploiement de policiers autour du Théatre...

Barricade en feu avec au loin l'Arc de Triomphe le 01/12/2018
Ces situations créent une incompréhension dans une démocratie où, normalement, c’est le débat contradictoire qui prévaut plutôt que la violence, et où des élections démocratiques ont mis au pouvoir des personnes élues par les citoyens. L'action de bandes masquées accentuant ce malaise:


Individus lors du G20 de Hambourge le 06/07/2017
Mais cela n'est pas une situation unique à la France. Les autres pays vivent également des émeutes violentes régulières.

>>> Cliquez ici <<<

Manifestation contre le sommet de l'OTAN à Lisbonne au Portugal en novembre 2010
12 pays européens se sont concertés dans un projet pour trouver des solutions dans la gestion de ces violences qui ne sont pas inhérentes à la France:
Le projet GODIAC.

>>> Cliquez ici <<<

Policier allemand en charge de la communication lors d'une manifestation en Allemagne
Ces pays avaient déjà, ou ont mis en place, un principe de désescalade en accompagnant les manifestants avant et pendant les manifestations, avec des unités dédiées au dialogue.

>>> Cliquez ici <<<

Bobbies anglais face à des manifestants proche d'un ministère à Londres
Cependant, lorsqu’il faut rétablir l’ordre, la solution de ces pays est d’aller au contact.


Policiers suédois entourant des manifestants
et d'utiliser des méthodes d'encerclement appelées selon les pays d"Engagement", de "containment" ou de "Kettling".


Encerclement de manifestants à Zurich en mai 2011
Même la Suisse, pays pourtant avec une image calme, se trouve dans ce schéma de contact,


Policiers suisses à Zurich
Utilisant également des armes autres que le LBD 40.

Les Forces Anti-émeute Suisses

Policier catalan utilisant un fusil lançant des grenades à effet de souffle à Barcelone
On retrouve ce type d’armes également en Espagne.

>>> Cliquez ici <<<

Individus face à des gendarmes mobiles sur la Zone de notre Dame des Landes en octobre 2014
Un rapport parlementaire français de 2015 intitulé « Etat des Lieux et propositions en matière de missions et de modalités du maintien de l’ordre républicain » indiquait déjà une prise de conscience du risque de la violence permanente avec le risque de déséquilibre pour les démocraties : « Si ces genres de situations ne sont pas traitées, elles seront toujours en constante augmentation et provoqueront des drames humains et sociétaux majeurs dans l’équilibre de tous les pays démocratiques. »


Individus s'en prenant à des véhicules dans une rue de Paris le 01/12/18
Ce même rapport indiquait : « une troisième et dernière évolution concernant les acteurs manifestants a été relevée de façon unanime par les personnes auditionnées par la commission : il s’agit de la présence, de plus en plus fréquente et nombreuse, d’individus violents animés, peu ou prou, par la seule volonté de troubler l’ordre public, de commettre des exactions (y compris contre les manifestants eux-même) ou de se confronter aux forces de sécurité »

Groupe étant tous habillés de tenues sombres et masquant leur visage
lors d'une manifestation en Allemagne
« Ces individus différent du modèle historique du casseur par deux caractéristiques : d’une part, ils sont structurés en collectifs organisées cherchant délibérément à commettre des infractions et en s’appuyant  sur une plus grande disponibilité de l’information sur les mouvements sociaux, ils se sont pratiquement professionnalisés et se déplacent volontiers afin d’être présents sur les évènements de leur choix »


L'action de bandes masquées dans les manifestations
>>> Cliquez ici <<< 

Manifestation contre le site d'enfouissement de déchets nucléaire à Bure le 15/08/17
Une réponse apportée dans le cadre de la gestion des conflits, sur la ZAD de Notre Dame des Landes en 2018, ainsi que sur la zone de BURE depuis plusieurs mois, et sur la préparation au Référendum d'autodétermination de la Nouvelle Calédonie en novembre 2018, peut être une des réponses pour calmer ce type d’évènements par une doctrine supplémentaire, en plus "de tenir à distance les casseurs sans blesser", et adoptée en juillet 2018 :  
« la judiciarisation des fauteurs de troubles »

>>> Cliquez ici <<<


Individu masqué arrêtés par des CSI lors d’une manifestation le 01/12/18
Trois principes sont pris en compte :
1 – Mieux préparer et anticiper les manœuvres d’ordre public
2- Garantir l’application pleine et entière du droit
3- Mieux expliquer et toujours communiquer sur le sens de l'action engagée.


Motards de la Garde Républicaine lors d'un renfort pour les BRAV-M le 20/04/19
Depuis le 20 avril 2019 en France, des "BRAV-M" ont été mis en place. Il s'agit de binômes à motos qui permettent de projeter rapidement des Forces de Maintien de l'ordre dans des endroits violents pour épauler les unités déjà déployées :


 >>> Cliquez ici <<<
 

Pompiers d'une MIR accompagnant une BRAV-M dans les rues de Paris en 2020
Depuis 2020, des pompiers de Paris accompagnent les BRAV-M. Ces unités sont appelées MIR pour "Moto d'Intervention Rapide"  
 
Ils les suivent et ont pour missions: 
- La sauvegarde des biens et des personnes (forces de l'ordre, badauds ou manifestants)
- Le traitement de la première urgence pour préparer l'évacuation vers une ambulance
- L'extinction des feux naissants de petite intensité sur les lieux d'une manifestation
 
Voici une vidéo de présentation de ce service 
des pompiers de Paris
 

Mi-septembre 2020, le gouvernement a présenté un Schéma National du Maintien de l'Ordre, après plus d'un an et demi de reflexion suite à l'infiltration régulier de casseurs au sein des cortèges de manifestants. Il en sort des changements dans la communication, l'évolution des tactiques et des modes d'actions, ainsi que l'utilisation des progrès technologiques et de matériels avec un renfort humain.

>>> Cliquez ici <<<
 
Cette page sera réactualisée 
en fonction des évènements

Mise à jour : 23/09/2020


Découvrez également sur "GSG9 1/87"


Les forces anti émeute
>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<




Découvrez également la web série au 1/87

" GSG9 1/87 - Unité spéciale "













Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire