vendredi 7 juillet 2017

Montée de la présence militaire dans les démocraties sur leur propre territoire


Montée de la présence militaire 
dans les démocraties sur leur propre territoire

Mise à jour: 18/09/2017


Femme policier et militaire lors du GETEX du 07 au 09/03/2017
L’Allemagne a réalisé un exercice de type "GETEX" (Gemeinsame Terrorismusabwehr-Exercice qui se traduit en français par Exercice de contre terrorisme conjoint) début Mars 2017 avec la Police et l’Armée Allemande. Ceci est nouveau car l’utilisation de l’Armée sur le territoire allemand est controversée du fait de son histoire avec la période nazie de 1930 à 1945.

>>> Cliquez ici <<<


Militaire, démineur et policier allemand lors du GETEX du 07 au 09/03/2017
Cependant les autorités allemandes ont décidé face aux attentats qui ont eu lieu sur son territoire en 2016 de donner le pouvoir aux Länder qui le demandent, de disposer de l’Armée dans des situations très graves.


Exercice de l'Armée Allemande sur le territoire belge en 2016 lors de l'opération PEGASUS
Ce tournant militaire en Allemagne, ainsi que dans d’autres pays européens pour rassurer leur population indique un changement dans le comportement des démocraties. L’adage en latin « Si vis pacem, para bellum », qui se traduit en français "Si tu veux la paix, prépare la guerre", prend tout son sens.


Soldats suisses durant l'exercice STABILO Due de 2012
La Suisse avait déjà pris un tournant sécuritaire lors de ses exercices de 2012 avec Stabilo Due et ses exercices de 2013 avec Barbara Duplex en entrainant ses militaires à un risque de conflits avec des migrants économiques et des perturbations dans ses villes.
>>> en cliquant ici <<<


et ici le reportage de BFM sur cette simulation de 2012


Soldats suisses
L’Armée suisse est une armée de milice encadrée par des soldats professionnels. Elle a à sa disposition plus de 140.000 hommes qui  sont entrainés plus de 20 jours par an à différents cas de figure lors de leurs semaines de cours de répétition.


2005 – Entrainement de Policiers Militaires Danois
D’autres pays européens, comme le Danemark, sont aussi dans la réflexion d’utiliser leur armée sur leur territoire pour du maintien de l’ordre et en soutien de la Police locale.

>>> Cliquez ici <<<


Bruxelles - Fin novembre 2015
On se rappelle aussi de l’armée belge s'était déployée dans Bruxelles, pendant plus de 3 jours, suite à un risque d’attentat imminent fin 2015.


Bruxelles - Fin novembre 2015
Un "Black Out" total avait été réalisé en vue de protéger la population.


Patrouille de militaires belges dans la gare centrale de Bruxelles
Depuis, leur présence est toujours visible dans les villes belges ou lors de mobilisation d’effectifs suite à des risques majeurs et des attentats. L'opération "vigilant Guardian" lancée peu après les attentats de Janvier 2015 en France est toujours en activité:




Un policier et un militaire patrouillant devant Westminster et Big Ben à Londres le 24/05/2017
Le Royaume-Uni a développé l'opération "TEMPERER" depuis 2015, qu'elle active quand son niveau d'alerte arrive au 5ème niveau qui est le plus grave: "Critical Level". Les autorités déploient alors plus de 3.500 militaires sur l'ensemble de son territoire, pour contrer un risque d'attaques multiples sur son sol... 


Opération TEMPERER au Royaume-Uni
>>> Cliquez ici <<<





Soldats italiens devant le Colisée à Rome
L'Italie aussi a lancé une opération de sécurisation de son territoire, en 2008, avec des militaires italiens patrouillant dans les villes et contrôlant des points d'accès qui se nomme "STRADE SICURE":



Patrouille de 3 militaires français devant le Sacré Coeur à Paris
Quant à la France, elle avait déjà pris ce tournant, il y a plus de 20 ans, avec le dispositif "VIGIPIRATE" suite aux attentats de 1995 sur son territoire.


Cette situation perdure avec l’ajout de l’opération "SENTINELLE", lancée peu après les attentats de 2015, avec entre 7.000 et 10.000 militaires sur son territoire en fonction du niveau d’alerte.

>>> Cliquez ici <<<



Militaires français déployés au nord de Paris pour assurer la sécurité 
lors de l'interpellation de terroristes le 18/11/2015
 De même, fin 2016, la France est montée aussi d’un cran avec un 3ème niveau du plan VIGIPIRATE : Urgence Attentat. Ce niveau de menace sera adopté ponctuellement, limitée par l’activation d’une cellule de crise immédiatement après un attentat ou d’un risque imminent d’action terroriste. Il comporte des mesures exceptionnelles comme l’appel par la radio, sur des sites Internet Institutionnels ou la télévision ainsi que par le SAIP - Système d'Alerte et d'Informations des Populations - (lien en cliquant ici), au confinement de la population dans le lieu où il se trouve, la fermeture des routes, des métros, des gares, l’arrêt des déplacements scolaires
 et de transports en commun.


Militaires français déployés dans le métro parisien
Il reprend le schéma d'Alerte d'attentat imminent 
que l'Allemagne et la Belgique ont déjà mis en place et ont déployé  lors de risques comme par exemple fin Novembre 2015 en Belgique, ou plus récemment en 2016 
à Munich en Allemagne. 


Soldat montant la garde devant l'église de Notre Dame à Paris
Ce niveau « Urgence Attentat » s’inscrit dans un schéma proche de l’état de siège. L’état de siège est la situation supérieure à l’état d’urgence.

Policiers et militaires français patrouillant sur le quai d'une gare
Le dispositif d'Etat de Siège en FRANCE n’a encore jamais eu lieu. Il ne peut être mis en œuvre que sur une partie du territoire, après délibération du conseil des Ministres et avec une signature présidentielle, lorsqu’il y a péril imminent du fait d’une insurrection armée ou d’une guerre. Pendant l’Etat de siège, il y a un transfert de pouvoirs des autorités civiles aux autorités militaires.
 La prolongation de l’état de siège au-delà de 12 jours est soumise à l’autorisation du Parlement.


Gendarmes en protection lors des évènements qui se sont déroulés du 19 au 24/07/2016
En 2016, au nord de l’Ile de France, une situation tendue a eu lieu en zone gendarmerie, avec de nombreux coups de feu qui ont blessé des policiers et des gendarmes. Le retour au calme a eu lieu au bout de 5 jours mais a montré la nécessité d’avoir des unités prêtes à être déployées rapidement 
et à l’utilisation de tactiques militaires.

Lien sur cette situation ci-dessous :



 
Exercice du CPA 10 avec évacuation de personnes
La France a cependant préparé des Forces Spéciales du COS pour intervenir en cas de fusillades dans des villes et en soutien à ses forces de police et de gendarmerie :


Militaires français lors d'une patrouille
Face à la menace terroriste, la création d'une "Garde Nationale Française" est constituée, courant de l'année 2016, avec l'ajout de la "Réserve Opérationnelle de la Gendarmerie Nationale" déjà existante depuis 1999, pour alléger, entre autres, les militaires de carrière utilisés dans l'opération "SENTINELLE".

Plus d'informations avec le lien ci-dessous:


Policiers américains déployés dans les rues de Ferguson en 2014
Dans une moindre comparaison, les USA se sont lancés dans la militarisation de leur police du fait des armes à feu sur leur territoire, mais aussi depuis des décennies, avec une Garde Nationale composée de réservistes américains utilisées lors de risques d’émeutes dans des Etats américains ou de conflits armés à l'étranger.




Manifestation PEGIDA dans le nord de l'Allemagne en 2015
La montée du populisme et des risques inhérents, comme par exemple avec les manifestations PEGIDA en Allemagne, contre les migrants, mais aussi le risque d’insurrection sur leur territoire, font évoluer les démocraties sur de plus en plus de mesures sécuritaires.


Chiffres de 2015 des jihadistes européens partis rejoindre DAESH


>>> en cliquant ici <<<

Elles doivent faire face à 3 risques d’attaques sur leur territoire :
 Le premier avec leurs citoyens qui se sont radicalisés, partis combattre aux côtés de groupes terroristes et qui reviennent dans leur pays. Ces "REVENANTS" en France passent automatiquement par la case PRISON.




 Selon David THOMSON, reporter et auteur du livre "Les Revenants", les repentis sont très minoritaires. La grande majorité garde une radicalité et/ou violente.
>>> en cliquant ici <<<



Entrée du BfV, l'Office de protection de la Constitution, à Berlin
Le deuxième risque d'attaque se trouve avec des personnes infiltrées parmi les services militaires, de police ou du renseignement comme pour exemple cet homme, un employé du renseignement intérieur allemand, le BfV (Bundesamt für Verfassungsscchutz), qui fut arrêté fin 2016, suspecté de vouloir commettre un attentat contre le quartier général des services de renseignements. Son travail étant de surveiller la scène islamiste allemande, soit environ 9.200 individus considérés comme radicalisés.


Ecusson de la Brigade Franco-allemande basé à ILLKIRCH en Alsace. 
Le troisième enfin est un risque intérieur de personnes radicalisées d’extrême droite ou se disant patriote, comme ce militaire allemand arrêté le 26 avril 2017. Ce jeune lieutenant d'origine allemande de la Brigade Franco-Allemande stationné en France, avait réussi à s'enregistrer comme réfugié syrien pour bénéficier des services sociaux allemands. Par la suite, 2 autres personnes dont un militaire allemand ont été aussi arrêtées en relation avec ce lieutenant. L'enquête a démontré que ces 3 individus, apparemment tous liés à l'extrême droite allemande, se préparaient à des attaques pour s'en prendre à des responsables politiques allemands qui selon eux, étaient le signe de l'échec de la politique d'immigration...


Logo de la DGSE, les services des Renseignements extérieurs français

Les services de renseignement des pays occidentaux devront être, par conséquent, encore plus vigilants dans l’analyse des risques d’attentats sur leur territoire.


Découvrez sur "GSG9 1/87":

>>> Cliquez ici <<<

Découvrez aussi sur "GSG9 1/87"
 des dioramas sous différentes échelles:

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<

et la web série au 1/87

" GSG9 1/87 - Unité spéciale "






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire