mardi 16 novembre 2021

Les voitures Présidentielles Françaises de 1900 à 1955

 

Les Voitures présidentielle françaises
de 1900 à 1955


Mise à jour: 25/11/2021
 
 Charron-Girardot- Voigt 30CV Berline du Président Armand FALLIERES
C'est le Président Français Armand FALLIERES (président du 18/02/1906 au 18/02/1913) qui va introduire les véhicules à explosion dans les déplacements officiels.
 
Arrivée du Président Félix FAURE à Quimper le 08/08/1896
En effet, auparavant, et malgré une multitude de carrossiers français de voitures à explosion comme Peugeot, Renault, Berliet, Clément-Bayard, Delahaye, Panhard & Levassor, etc, les déplacements s'effectuaient encore en calèche attelée "à la d'Aumont", c'est à dire quatre ou six chevaux dont ceux de gauche étaient montés chacun par un postillon. 

Le Président Armand FALLIERES est passionné de mécaniques automobiles et dotera la Présidence Française de différents modèles comme ici une Panhard et Levassor Type J18CV Limousine.

Le Président Raymond Poincaré à bord d'une Berliet Torpédo en 1913
Le Président Raymond Poincaré (Président du 18/02/1913 au 18/02/1920) continuera également par la suite à utiliser des voitures à explosion pour ses déplacements,

Déplacement du Président Poincaré sortant de la Préfecture de la Meuse le 17/08/1913
sans pour autant abandonner les calèches.

Visite à Londres du Prince Héritier HIROHITO en 1921

Cependant, de plus en plus de Présidents et de rois adoptent des voitures dit "Coupé de ville" pour se déplacer officiellement comme ici avec le jeune Prince Hirohito, futur Empereur du Japon, avec sa Roll's Royce Silver Ghost en visite à Londres en 1921.


Déplacement du Président Poincaré dans une Panhard et Levassor Coupé de Ville
Le Président Raymond Poincaré optera également avec ce type de voiture avec ce modèle de chez Panhard Et Levassor.

Autre modèle sous l'époque de la Présidence Poincaré, cette Rochet Schneider Torpédo.
 
 
 Le Président Alexandre MILLERAND (Président du 23/09/1920 au 11/06/1924) roulera dans une Renault 40Cv Type JD 1923.
 
Il aura également une Voisin Coupé de Ville.
 
Le Président suivant, Gaston DOUMERGUE (Président du 13/06/1924 au 13/06/1931) roulera également dans une Renault 40 CV
 
ainsi que dans une Voisin Coupé de Ville comme on peut le voir lors de cette visite à l'exposition des Arts Suisses le 17 juillet 1924.
 
Le Président Paul DOUMER (Président du 13/06/1931 au 07/05/1932) aura une Renault Reinastella.
 
Ce modèle pouvant se décapoter, comme ici, lors de son arrivée lors de son élection le 13 juin 1931 dans la cour de l'Elysée. 
 
L'époque de la 3ème République aura vu passer huit présidents de la République entre 1899 et 1940. Le 10 mai 1932, c'est le Président Albert LEBRUN qui est élu et le restera jusqu'au 11 juillet 1940. Il roulera avec la Renault Reinastella Type RM 2-3 1932.

Ce modèle avait la particularité d'avoir le pare brise fixe et les portières pleines, mais son toit était pliable.
 
 
Il aura également une Renault Reinastella découvrable .

Le Président Albert LEBRUN roula aussi dans une Renault Reinasport type RM 6 carrossée par KELLNER. La voici lors d'une revue des troupes lors de la Fête Nationale du 14 juillet.

Autre modèle de prestige sous la gouvernance du Président LEBRUN, une Nervastella Coupé de Ville.

Cette voiture pouvait être prêtée lors de la venue de personnes importantes sur le sol français, comme ici, lors de la visite du Roi George VI et de la Reine Elisabeth le 22 juillet 1938 inauguré le mémorial des soldats canadiens à Villers-Bretonneux.
 
Lors de la Seconde Guerre Mondiale, le Maréchal Pétain (11/07/1940 au 20/08/1944) prend le titre de chef de l'Etat. Il se déplacera dans une Renault Vivastella Cabriolet.
 
 
On le verra aussi à bord de voitures de marque étrangère, comme ici à bord de cette Cadillac Fleetwood Serie 75 1939
 
Le Président Vincent AURIOL (Président du 16/01/1947 au 16/01/1954) reprendra la Renault Vivastella du Maréchal Pétain.

Il aura également à sa disposition cette Delahaye type 135 comme on peut le voir ici, quittant la ville d'Arras en juillet 1947.

Une Talbot-Lago-Saoutchik T26 sera aussi un véhicule d'apparat de la Présidence Française. Orné d'une cocarde sur l'avant du capot, elle donnera grande satisfaction.

Cependant, le Président René COTY décidera que pour accueillir dignement les invités de la République, la Présidence doit se doter d'une limousine française de Prestige. Ce sera la Citroën 15/6 H FRANAY...

Un modèle décapotable sera aussi créé: la Citroën 15/6 H Chapron.


Cette voiture continue dans la lignée de permettre à la foule de voir le Président de la République... 


Et elle peut être recapotée rapidement lorsqu'il pleut...

Départ du Président Charles de GAULLE après l'inauguration du Salon de l'Automobile
 en 1963 à bord d'une Citroën 15/6 H Franay
Le nouveau Président de la République Charles De GAULLE (Président du 08/01/1959 au 28/04/1969) les utilisera lors de sa mandature, ainsi que de nouveaux modèles de chez Citroën...

Mais ceci est une autre histoire à découvrir
sous ce lien:

 

>>> Cliquez ici <<<

 
 
Visite du Président français Albert LEBRUN à St Brieuc en 1939

Vous avez pu remarquer un grand nombre de motards lors des déplacements des voitures présidentielles et ce, à partir de 1935. La raison est une protection immédiate contre le risque d'un acte terroriste ou d'un déséquilibré qui s'approcherait de la Voiture Présidentielle. En effet l’assassinat du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie en FRANCE, dans la ville de MARSEILLE, le 09 octobre 1934, a montré le risque de mauvaises protections autour de la Voiture.

 

Départ de la voiture du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie dans les rues de Marseille le 09/10/1934

Retour sur cet assassinat pour comprendre:

Il était convenu que le Roi Alexandre 1er de Yougoslavie parade, avant de partir en train vers PARIS, dans plusieurs rues de MARSEILLE, à bord d’une voiture à l’arrière décapoté pour être vu par la foule, mais aussi par les reporters, photographes et caméramans.


Départ de la voiture du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie dans les rues de Marseille le 09/10/1934

Prévu au départ avec une escorte de policiers à vélo autour de la voiture, il fut décidé que ce soit deux officiers, sabre clair, qui escorterait la voiture…

 

Départ de la voiture du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie dans les rues de Marseille le 09/10/1934

Mais à peine avait-il fait 200 mètres, qu’un homme sortit de la foule et tira une dizaine de balles à l’intérieur de la Voiture du Roi le tuant sur le coup et blessant mortellement le Ministre Français des Affaires Etrangères Louis BARTHOU.

 

Tireur sur le marchepied de la voiture du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie

Lorsque les caméramans filment, le tireur a déjà tiré. L’officier à cheval situé à droite arrivera trop tard. Seul le chauffeur de la voiture placé à droite aura le temps de retenir le tireur de l’intérieur de la voiture comme on peut le voir sur cette photo…

 

Tireur sur le marchepied de la voiture du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie

L’officier sabrera quand même le tireur.

 

Tireur sur le marchepied de la voiture du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie

Avant que les policiers l’arrêtent.

 

Départ de la voiture du Roi Alexandre 1er de Yougoslavie après les tirs

Mais ce fut trop tard. Armé d’un Pistolet MAUSER semi automatique de 10 coups, celui-ci permit à l’assaillant de tirer en rafale dans la voiture…

 

Le Roi Alexandre 1er de Yougoslavie au premier plan et le Ministre Louis BARTHOU

A cette époque, il y avait des risques importants d’attentat contre ce Roi… 

Plusieurs erreurs furent commises : 

1- Une voiture décapotable plus facile pour un tueur de viser sa cible 

2- Les vitres baissées de la voitures qui permirent à l’assaillant de monter sur le marchepied de la voiture et d’arroser avec son pistolet à 10 coups l’arrière de la voiture plus facilement… 

3- Douze policiers cyclistes devaient encadrer la voiture et ont été remplacés par deux officiers à cheval…

 

Voici une vidéo de l'époque présentant ce drame.

 

 Citroën DS 21 présidentielle lors d'un 14 juillet, début des années 70
Le principe de l'escorte motorisée est d'ainsi de créer une bulle de protection qui permet d'adapter la vitesse de la moto d'escorte pour éviter toute intrusion d'un piéton au contact de la voiture escortée et ainsi de faire un rempart entre l'agresseur et le VIP.   
 
Voici un complément d'informations sur ce principe:
 
La menace peut, depuis plusieurs années, arriver des airs avec un ou plusieurs drones, comme on a pu le voir ci-dessus dans cette vidéo lors d'un discours d'un président vénézuélien en 2018.
Pour cela des mesures sont prises en amont avec des brouilleurs et des observateurs.
 


Découvrez aussi :
 
 
>>> Cliquez ici <<<
 
 
 
>>> Cliquez ici <<<
 
 


Découvrez aussi sur ce blog:

>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<
>>> Cliquez ici <<<


et découvrez la web série au 1/87

" GSG9 - Unité spéciale "

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire