lundi 14 janvier 2019

Saison 4 - Episode 10 - Le témoin - Partie 1





Cette Web série est une fiction.

Toute ressemblance avec des personnes 
ou des situations réelles ou ayant existées 
ne serait que pure coïncidence


Saison 4 – Episode 10 – Témoin

Partie 1 : L’enquête « AKARA »

Résumé de l’épisode précédent : Une jeune femme, s’appelant Ingrid SLEIGMANN,  vient de s’enfuir de la Résidence où siège l’Association « AKARA ». Elle se rend aussitôt auprès de la Police pour leur dire que c’est en faite une Secte, et qu’elle était retenue contre son gré, comme d’autres personnes à l’intérieur.
Alors qu’un juge permet aux enquêteurs d’entendre le responsable, un certain Septimus ATALANTE, les résidents les empêchent de rentrer dans la résidence pour l’emmener. 
Celui ci va quand même se rendre au commissariat pour être entendu. Après l’apport de documents officiels par ses avocats et preuves à l'appui que son association est légale, Septimus ATALANTE ressort libre.
Cependant, Jurgen ADENOER découvre dans le clip promotionnel de cette soi-disante association, réalisée d’ailleurs par Ingrid SLEIGMANN, une photo de groupe où l’on découvre sept personnes mêlées aux derniers attentats qui secouent l’Allemagne…


La suite de cette saison, c’est maintenant :


Vendredi 25 mai, 15h42, BERLIN, Base du GSG9 Berlin,


Oscar FINDER, directeur du GSG9 : « Bonjour Jurgen… Où en êtes vous ? »

Jurgen ADENOER : « Nous avons bien avancé depuis que vous avez eu l’autorisation de la Ministre Fédérale de l’Intérieur, hier soir, de commencer notre enquête sur la Secte « AKARA »… »


Jurgen ADENOER : « Comme vous nous l’aviez demandé, nous avons commencé notre enquête discrètement. Veuillez me suivre ! »


Jurgen ADENOER : « Voici l’endroit sécurisé où nous rassemblons toutes nos pièces… Actuellement quatre de mes meilleurs hommes, dont j'ai toute confiance, travaillent et rassemblent les éléments en notre possession. » 


Jurgen ADENOER : « Nous avons regroupé tous les éléments d’enquêtes sur les derniers attentats commis en Allemagne ces deux derniers mois et celui de NEW YORK contre notre Chancelière, ainsi que les crimes des trois allemands en ARGENTINE et qui seraient en lien avec cette soi-disante association « AKARA »… »


Jurgen ADENOER : « Tout a commencé avec la tentative d’attentat sur la Chancelière Allemande, le vendredi 20 avril... Le terroriste, « Alfons LIVINUNG », 43 ans, citoyen allemand, sans antécédent judiciaire, fonce sur la Limousine de la Chancelière à New York, juste après sa rencontre avec l’ancien président Barock OBAMO. »



Jurgen ADENOER : « Nous nous posions la question de « comment Alfons LIVINUNG connaissait l’endroit où la Chancelière rencontrerait cet ancien président alors que le lieu avait été tenu secret ? ». Cette rencontre avait été organisée grâce à « Monika MOBILI », une jeune femme qui a hérité du Consortium allemand MOBILI au décès de son père, au ZIEGLER Palace de New York, dont elle est d’ailleurs la propriétaire. Grâce à son réseau de connaissances, elle a pu créer cette rencontre. Mais c’était la seule personne civile qui savait où elle aurait lieu… »


Jurgen ADENOER : « L’enquête newyorkaise n’a rien donné sur le tireur qui a abattu LIVINUNG… Mais maintenant que nous savons que la Secte « AKARA » pourrait être le commanditaire de cet attentat, les liens avec « Monika MOBILI », propriétaire de cet Hôtel et organisatrice de la rencontre sont flagrants. »


Oscar FINDER : « Que savons-nous de Monika MOBILI ? »

Jurgen ADENOER : « Elle a 25 ans et a hérité il y a 5 ans, à la mort de son père Helmut MOBILI, mort d'ailleurs dans d’étranges circonstances, du Groupe « MOBILI ». C'est un consortium allemand regroupant différentes branches, comme des Médias avec la chaine TVZ, des transports routiers avec la SELMER, de l’alimentaire, la distribution d’eau, une compagnie aérienne, de fabrication de médicaments, ainsi que dans le BTP et d’autres filiales… Elle s’est mariée avec Septimus ATALANTE. »


Oscar FINDER : « Et qui est ce Septimus ATALANTE ? »

Jurgen ADENOER : « Il est français. Il a 55 ans. C’est un ancien psychiatre. Il est à noter que Monika MOBILI a été sa patiente il y a 6 ans et l’a épousé peu après la mort de Helmut MOBILI. Ils vivent ensemble dans une grande propriété à BERLIN EST. C’est d’ailleurs le centre principal de la soi-disante association caritative « AKARA »… »



Jurgen ADENOER : « J’avais déjà rencontré Monika MOBILI dans ce centre, il y a deux mois, à BERLIN, suite à cinq tableaux trouvés dans le Bunker d’une Mafia russe, les « VOLKI » dirigé par  Nikolaï KASPATINOFF. Nous pensions qu’ils étaient volés, mais nous avons découvert qu’en faite, ils ont été prêtés légalement par la Fondation allemande MOBIS, fondation créée par le père de Monika MOBILI, à la Fondation russe SKALAPOV, qui est en faite la façade légale du groupe mafieux de Nikolaï, les « VOLKI ». »

>>> en cliquant ici <<<


Jurgen ADENOER : « Le 30 avril, un attentat terroriste a lieu dans le quartier des Banques de FRANCFORT… Quatre terroristes surgissent dans une salle de marché de la « Deutsche Citizen’s Bank » et abattent des personnes sans raison. Ils sont eux-même abattus par les Forces Spéciales du SEK de Francfort… »



Jurgen ADENOER : « Peu après, alors que nous commençons à extraire les blessés, des tirs ont lieu depuis des immeubles proches sur nos policiers. D’autres tirs ont lieu également près du Parlement allemand à BERLIN, et près des cathédrales de HAMBOURG et de MUNICH sans faire de victimes… Malgré les déploiements importants de policiers et de militaires, nous ne trouvons pas les tireurs… »


Jurgen ADENOER : « Le profil de trois des terroristes correspond aux profils habituels de terroristes fanatisés : ils s’étaient convertis à un Islam Radical depuis plusieurs années et étaient surveillés par  la Division 6 en charge du terrorisme islamiste du BfV, le renseignement intérieur allemand. Le quatrième terroriste, Berny GULLMANN, lui, n’était pas connu de nos services. Il travaillait comme homme de ménage dans plusieurs immeubles d’affaires de Francfort depuis plusieurs années, dont la Tour où a eu lieu l’attaque terroriste… On le voit d’ailleurs sur une caméra de surveillance faire entrer les trois autres terroristes déguisés en personnes de nettoyage… »


Jurgen ADENOER : « Nous allons découvrir que les Kalachnikov qui ont servi à l’attaque font partie d’un lot volé en RUSSIE, et que ce sont les « VOLKI » qui serait derrière ce vol. Ce groupe, dont je vous rappelle, avait légalement des tableaux de la Fondation du groupe MOBILI !!! De là à se poser la question : « Est ce que Nikolaï KASPATINOFF, chef de cette Mafia connaissait Monika MOBILI ? » Il n’y a qu’un pas !!! »


Jurgen ADENOER : « Nous arrêtons peu après Nikolaï KASPATINOFF. Hélas, il ne parle pas et ne nous a donné aucune indication à qui il a vendu les fusils mitrailleurs volés en RUSSIE… »



Jurgen ADENOER : « Le 7 mai, un jeune militaire allemand vole un tank durant son transfert entre deux casernes. Il roule avec sur une Autobahn et crée la terreur en écrasant de nombreuses voitures. Alors qu’il est bloqué par une de mes équipes, il nous tire dessus et nous l’abattons. Il s’avérera que le fusil mitrailleur qu’il a utilisé, fait également parti du lot volé par les « VOLKI ». Là encore, ce jeune militaire, Maximilien FRAULEIN, âgé de 20 ans, n’avait aucun antécédent judiciaire… Il n’avait également pas d’antécédent religieux, extrémiste ou politique… Encore une impasse… »




Jurgen ADENOER : « Le 15 mai, lors d’un convoi nucléaire sensible, un homme tire sur des policiers qui font face à des manifestants violents et les blessent… Le tireur est abattu par nos services lors d’un échange de tirs. Le tireur, Kiter VULLER, est allemand, âgé de 35 ans, jardinier de profession, 
 inconnu de nos services et n’a aucun lien avec les manifestants violents qui avaient bloqué le convoi nucléaire. Là encore, l’arme qui a servi à tirer sur les policiers fait partie du lot volé par les « VOLKI »… »




Jurgen ADENOER : « Le 20 mai, 3 allemands sont abattus, ainsi que 5 militaires argentins, sur une route en ARGENTINE. Nous découvrons que l’une des victimes, Otmar SCHNABEL, le responsable de la Team « Baxter & Martin », se trouve sur une photo du clip promotionnel d’AKARA, où se trouvent également tous les hommes impliqués dans les derniers attentats. Arrivé rapidement sur les lieux, je n’ai trouvé aucune piste. De même, la Police locale n’a rien trouvé.»



Jurgen ADENOER : « Je me suis rappelé cependant, qu’en voulant interroger les occupants d’une communauté qui se trouvait proche du lieu où ont été assassinés les allemands et les militaires argentins, j’avais aperçu un logo, que j’avais déjà vu mais dont je ne me souvenais pas où, sur une bâtisse proche. Je l’avais prise avec mon téléphone portable. C’était en fait  l’emblème d’AKARA… »


Jurgen ADENOER : « Le capitaine argentin de Police Raoul GONZALES s’est rendu ce matin dans cette communauté… »


Jurgen ADENOER : « Plus aucune trace des habitants. Tous sont partis précipitamment… »


Jurgen ADENOER : « Le 23 mai, 3 chauffeurs de camion, aidé par un vigile d’un dépôt d’essence au sud de BERLIN, ont voulu créer un attentat chimique en faisant exploser leurs camions. L'un d'eux réussit à faire exploser un camion, mais il n'y a pas de réaction en chaine. Les explosifs ont été mal positionnés... Et pour la première fois, nous avons arrêté 3 suspects… »



Jurgen ADENOER : « Le profil de ces 3 chauffeurs et de ce vigile sont également comme les autres : pas d’antécédent judiciaire… »


Jurgen ADENOER : « Dans les quatre derniers cas, un étrange informateur qui se fait appeler « JUDAS » nous informe de ces attentats. Ce qui nous permet d’intervenir rapidement et d’éviter le pire à chaque fois... »


Jurgen ADENOER : « Enfin, hier, une jeune femme s’enfuit de la Résidence où vit Monika MOBILI, et accuse qu’elle est sous l’emprise d’une secte, ainsi que d’autres habitants de cette propriété. En fin de compte le responsable de cet endroit, un certain Septimus ATALANTE, prouve que cette secte est une association respectable et en règle avec la loi et donc, que ce qu’a dit Ingrid SLEIGMANN est faux. Ses avocats vont même présenter un dossier médical de cette femme qui indique qu’elle est schizophrène... »



Jurgen ADENOER : « Cependant, cette jeune femme a créé auparavant un clip promotionnel de cette association dans lequel je repère une photo de groupe où apparaissent, à côté de Monika MOBILI et Septimus ATALANTE, sept individus qui n’avaient jusqu’à maintenant aucun rapport entre eux : 6 sont impliquées dans les attentats et crimes, et un homme a été tué en ARGENTINE… »


Jurgen ADENOER : « J’ai enfin interrogé Ingrid SLEIGMANN comme vous me l’aviez demandé hier, pour savoir si elle se souvenait qui lui avait donné la photo de groupe pour son clip. Elle se souvient simplement que c’était un homme qu’elle ne connaissait pas, mais qu’elle avait déjà croisé dans la Propriété… Elle pense qu’il fait partie de la sécurité rapprochée de Septimus ATALANTE car il est habillé comme eux, avec un costume noir et une cravate rouge…  Voilà où nous en sommes…»


Oscar FINDER : « Reste à savoir pourquoi ce groupe AKARA entreprend toutes ces actions de terreur ??? »


Jurgen ADENOER : « Je pars cet après midi à la Prison de Haute Sécurité de Fuhlsbüttel pour rencontrer Nikolaï KASPATINOFF ainsi que les deux chauffeurs de camion et le vigile qui y sont également enfermés. Pour Nikolaï, je vais lui montrer que nous en savons un peu plus sur sa relation avec Monika MOBILI et ce Septimus ATALANTE… Il se décidera peut être à enfin parler… »

Oscar FINDER : « Très bien. Informez moi de toute avancée de cette enquête ! »


Au même instant, dans la Résidence AKARA à BERLIN.


Septimus ATALANTE : « EPSILON, te voilà enfin !!! »

EPSILON : « Bonjour Votre Excellence… J’arrive à l’instant même d’ARGENTINE… Plus aucune trace de notre communauté qui s'y trouvait... »


Septimus ATALANTE : « Très bien. J'ai une nouvelle mission pour toi: Demain a lieu le « Grand Conseil ». Je veux que tu mènes une enquête discrète sur notre Groupe : Nos dernières opérations qui auraient dû être terrible ont, soit été déjouées par le GSG9, soit le résultat a été médiocre. Je pense que nous avons un traitre parmi nous !!! Cela peut être n’importe qui : un Frère, une Sœur, voire pourquoi pas un Frère supérieur ou une Sœur supérieure !!! »


Septimus ATALANTE : « Trouves le rapidement et amène le moi ! »

EPSILON : « Bien votre Excellence !!! Quand à Nikolaï et les trois hommes du dépôt d'essence qui ont été arrêtés, tout est en place votre Excellence… »


Septimus ATALANTE : « Parfait EPSILON, parfait… »









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire