mercredi 6 juillet 2016

Droits et devoirs lors des manifestations en France

Droits et devoirs lors des manifestations en France
Lors des manifestations en France, que ce soit des agriculteurs, des ouvriers, des familles, des salariés, des étudiants ou autres, les forces de l’ordre doivent prendre en compte différentes attitudes des manifestants :



Les canadiens ont réalisé un travail d’investigation lors du Sommet des Amériques en 2001 sur les catégories de manifestants : Quel que soit le pays, les manifestants ne sont pas homogènes. Ils se divisent en plusieurs catégories :



- Le manifestant qui demande l’autorisation de défiler et ne casse rien. 



- Le pacifiste moins commode, 



- L’adepte de la désobéissance civile et du sitting entravant délibérément les cérémonies officielles. 



Mais c’est en marge de ces groupes majoritaires que sévissent 
les «catégories dangereuses»: 



- Les casseurs d’abord, pour lesquels la manifestation sert d’alibi; 



- Les «black blocs» ensuite, groupes constitués d’autonomistes et d’anarchistes, de mieux en mieux équipés.


On peut voir sur cette vidéo de 2017 lors de rassemblements 
contre la venue de Marine Le PEN à 2h40mn00s comment ils procèdent 
et comment ils se fondent aussitôt dans la foule.




Il existe un principe de graduation dans la gestion des interventions



De même il existe un tableau sur l’usage des armes durant les manifestations



Voici plusieurs questions sur ce que peuvent ou ne peuvent pas faire les forces de l’ordre française :



Que dit la loi sur les manifestations ?



L’état d’urgence change-t-il quelque chose ?



Quand les forces de l’ordre peuvent-elles faire usage de la force ?



Qui est chargé du maintien de l’ordre ?



Dans quels cas peuvent-ils user de la force ?



Quelles armes servent au maintien de l’ordre ?



Et les policiers en civil ?


>>> en cliquant ici <<<

Les actes d'agression de plus en plus violentes posent une réelle réflexion comme vous pouvez le découvrir sur les liens ci-dessous:  

>>> Cliquez ici <<<

Deux gendarmes mobiles pris en charge par des pompiers sur la ZAD de NDDL le 15 avril 2018
Les affrontements face aux gendarmes mobiles lors des expulsions en avril 2018 de la ZAD de Notre Dame des Landes avaient fait, au 17 mars 2018, plus de 70 gendarmes blessés soit par des fusées de détresse tirées en tir tendu, des cocktails Molotov, des bombes agricoles, des billes d'acier, des jets d'acide dans des bouteilles, des pavés projetés par des catapultes...


>>> Cliquez ici <<<

>>> Cliquez ici <<<



Voitures incendiées dans les rues de Paris le 01/012/18
Les émeutes qui ont eu lieu en novembre et décembre 2018, en marge de manifestations des "Gilets Jaunes", ont également montré la nécessité de s'adapter rapidement à des violences démesurées.

Vidéo de la Caméra piéton  d'un gendarme mobile le 01/12/18 à Paris


 
>>> Cliquez ici <<<


>>> Cliquez ici <<<


Le ministre de l'intérieur, Gérard COLLOMB, à St Astier, le 08/06/18
Le ministre de l'intérieur, Gérard COLLOMB a exposé, le 08 juin 2018, au Centre d'entrainement de St Astier de la Gendarmerie, la doctrine du maintien de l'ordre à adopter lors des prochaines interventions:
Elaborée sur la base des RETEX (Retour d'Expériences) de quatre opérations majeures réalisées ces derniers mois (Bure, Notre Dame des Landes, Gestion des mouvements dans les universités en mai 2018 et la manifestation du 1er mai 2018), la doctrine évolue autour d'un axe majeur:
La judiciarisation des fauteurs de troubles

Vidéo de cette visite du 08/06/2018


Trois principes sont pris en compte:
1- Mieux préparer et anticiper les manoeuvres d'ordre public

2- Garantir l'application pleine et entière du droit

3- Mieux expliquer et toujours plus communiquer 
sur le sens de l'action engagée.



Arrestation par des policiers des CSI d’un individu masqué et gantés le 01/12/18
Pour exemple lors des émeutes du 01er décembre 2018,  plus de 370 arrestations ont eu lieu rien que sur Paris, dont les 2/3 ont été déférées. 



Policiers en civil, constituant des unités du DAR le 15/12/18 sur les Champs Elysées
Le samedi suivant, c'est plus de 1.939 arrestations dont plus de 1.700 gardes à vue, suivis par 278 personnes déférées au Parquet.



Gendarmes Mobiles repoussant des émeutiers à Nantes le 08/12/18
Le fait d'avoir réalisé des arrestations préventives et d'effectuer des mouvements des Forces de l'Ordre plutôt que de rester statique a permis ces arrestations de casseurs et personnes violentes.

>>> Cliquez ici <<<

Cet article évoluera en fonction de l’actualité


Découvrez aussi sur ce blog:

Rubrique: Les forces Anti-émeute




Les violences urbaines dans différents pays occidentaux
>>> Cliquez ici <<<  


Les Mobiele Eenheid néerlandaises


Les Bereitschaftspolizei allemandes


Les forces Anti-émeute Belges

Les Forces Anti-émeute Suisses

Les forces anti-émeute italiennes


Les forces anti-émeutes grecques


Les forces Anti-émeute françaises

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire